Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2021

Éric Zemmour contre l'assimilation : l'apostasie ou la valise

Être pour l'assimilation républicaine, ce serait dire: 

"L'islam ce n'est pas la même chose que l'islamisme: l'islam peut être compatible avec la République française; l'islamisme est incompatible avec la République française. Donc je tends la main à nos compatriotes musulmans afin que leur islam s'oppose à l'islamisme.


Or, en substance, que répète inlassablement Éric Zemmour depuis des années? 

"L'islam et l'islamisme c'est la même chose: l'islam est incompatible avec la France, inassimilable. Donc je tends la main à nos compatriotes musulmans afin qu'ils choisissent entre la France et l'islam, renoncent à leur religion ou quittent la France.


Bref, c'est l'apostasie ou la valise. L'ancien polémiste en a même été condamné pour "provocation à la discrimination et à la haine religieuse" par la Cour de cassation, plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, le 17 septembre 2019: (extrait) 

Pour déclarer le prévenu coupable en raison des seuls propos tenus dans les quatrième et cinquième passages poursuivis, après avoir cité les principaux moments de l’interview, au cours de laquelle les propos incriminés ont été prononcés, et exposé que le quatrième passage litigieux décrit les musulmans comme des envahisseurs et des colonisateurs qui nécessitent, au moins implicitement, une résistance des populations concernées, l’arrêt relève qu’il s’agit d'un appel au rejet et à la discrimination des musulmans en tant que tels, l'ensemble du discours du prévenu étant axé sur l'idée que tous ne peuvent, par vocation religieuse, même lorsqu’ils ne sont pas violents, qu'être adeptes du jihad, sans se désolidariser de ceux qui se livrent à la violence au nom de leur foi.
Les juges ajoutent que le cinquième passage poursuivi, donnant aux musulmans "le choix entre l'islam et la France", est l'expression d'un rejet de cette communauté qui ne peut qu'appeler à l'exclusion de celle-ci en son entier.
Ils en déduisent que les deux derniers passages incriminés, compris ensemble, visent les musulmans dans leur globalité et contiennent une exhortation implicite à la discrimination.
En statuant ainsi, la cour d’appel, qui n’a méconnu aucun des textes visés au moyen, a justifié sa décision.
Elle a souverainement analysé les éléments extrinsèques, éclairant le sens et la portée des propos poursuivis, tels qu’ils étaient susceptibles d’être compris par les personnes pouvant en prendre connaissance.
Au terme de cette analyse, elle a exactement retenu que, par leur sens et leur portée, les propos incriminés, qui désignaient tous les musulmans se trouvant en France comme des envahisseurs et leur intimaient l’obligation de renoncer à leur religion ou de quitter le territoire de la République, contenaient un appel à la discrimination.

 

Cette idée constitue - avec le "grand remplacement" de Renaud Camus - un des principaux marqueurs idéologiques d'Éric Zemmour, c'est-à-dire ce qui le caractérise en le démarquant de tous les autres candidats à l'élection présidentielle, y compris Marine Le Pen. 
L'intéressé l'assume et le revendique d'ailleurs lui-même: "...Marine Le Pen, comme Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, estime que «l’islam n’est pas incompatible avec la République» et que «le grand remplacement n’existe pas»." (La France n'a pas dit son dernier mot, Rubempré, 2021, p. 30). D'où son entrée en politique, afin de porter devant les Français sa vision politique spécifique.  

 

[Ajout 13/01/2022: depuis peu et par intermittence, Éric Zemmour n'assume plus ces convictions et indique qu'il demande aux musulmans de quitter l'islam et sa pratique, mais pas leur foi musulmane. Comprenne qui pourra.]

 

Les commentaires sont fermés.