Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juin 2015

Les Républicains-UDI: comment l'union aux régionales devrait être finalisée

Après avoir révélé que c'est mardi 23 juin que Les Républicains et l'UDI devraient conclure un accord d'union pour les élections régionales de décembre prochain, voici quelques précisions sur le processus devant y aboutir.

Nicolas Sarkozy a reçu, lundi 15 juin (Hervé Morin) et mardi 16 juin (Philippe Vigier et François Sauvadet), les trois personnalités UDI qui pourraient conduire une liste d'union LR-UDI.

 

Mardi 23 juin, donc, Nicolas Sarkozy va soumettre au bureau politique des Républicains un accord avec l'UDI.

Le teneur de celui-ci, en particulier en ce qui concerne la région Bourgogne-France-Comté où le sarkozyste historique Alain Joyandet est également candidat à la candidature pour être tête de liste, dépendra de deux choses:

- les réunions successives que Nicolas Sarkozy aura auparavant organisées, le même jour, avec les parlementaires Les Républicains des trois régions concernées: Normandie (l'UDI Hervé Morin), Centre-Val de Loire (Philippe Vigier) et Bourgogne-France-Comté (François Sauvadet)

- la conclusion avec l'UDI, c'est-à-dire avec Jean-Christophe Lagarde, d'un accord global sur toutes les régions (donc la renonciation de Chantal Jouanno en Île-de-France et la participation à la liste de Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes).

 

En résumé:

- soit la candidature de l'UDI François Sauvadet est actée à la réunion entre les parlementaires LR de Bourgogne-France-Comté et Nicolas Sarkozy; dans ce cas, l'accord entre Les Républicains et l'UDI sera signé mardi et ratifié au bureau politique des Républicains.

- soit la candidature de l'UDI François Sauvadet n'est pas actée à la réunion entre les parlementaires LR de Bourgogne-France-Comté et Nicolas Sarkozy; dans ce cas, le bras de fer continuera entre les deux présidents de parti: l'un des deux devra céder pour qu'un accord puisse se finaliser...

18 juin 2015

La droite veut de nouveau restreindre le droit du sol

Je vous invite à lire mon article dans La Croix:

Si seul le FN propose une suppression pure et simple du droit du sol, Nicolas Sarkozy pourrait remettre en cause son automaticité et son bénéfice aux clandestins

La droite veut de nouveau restreindre le droit du sol

 

17 juin 2015

Régionales: l'accord entre Les Républicains et l'UDI serait sur la bonne voie

 

11 mai 2015

Les proches de Jean-Marie Le Pen défient le FN

Comme chaque année, le défilé de Jeanne d'Arc du FN a été suivi une semaine plus tard par les défilés des autres organisations d'extrême droite, plus radicales.

Au cortège de l'Institut Civitas (catholiques schismatiques), parti place Saint-Augustin, ont ainsi pris la parole (1):

- Alain Escada, président de Civitas

- abbé Xavier Beauvais, de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X

- Stéphanie Bignon, cofondatrice avec Élisabeth de Malleray de l'association "Terre et Famille"

- Elie Hatem, de l'Action Française (qui organisait par ailleurs son propre cortège au départ de la place de l'Opéra) et ancienne tête de liste FN aux élections municipales de 2014 dans le 4e arrondissement de Paris

- Thibaut de Chassey, directeur du Renouveau Français

- Pierre Sidos, ex-"présideur" de l'Œuvre Française; les "nationalistes" organisaient par ailleurs leur propre défilé, place de la Madeleine (2)

- Marion Sigaut, d'Égalité et Réconciliation

- Carl Lang, président fondateur en 2009 du Parti de la France dissident du FN

- Roger Holeindre, cofondateur du FN, démissionnaire le 16 janvier 2011 après l'élection de Marine Le Pen à sa présidence

...mais aussi deux proches de Jean-Marie Le Pen:

- Jany Le Pen, épouse de Jean-Marie Le Pen: "Merci pour cette petite ovation, je sais vers qui elle est dirigée, je vous en remercie infiniment. Et j'espère que la Jeanne d'aujourd'hui ensoleillée sera optimiste, tournée vers le futur, et oublions les autres fêtes un peu ratées"

- Marie d'Herbais, ancienne présentatrice du Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen, démissionnaire du FN le 29 avril 2015, pour la protection des chrétiens d'Orient et d'Afrique

 

JDA-CIVITAS.jpg

JDA-CIVITAS2.jpg

JDA-RF.jpg

JDA-AF.png

 

JDA-CLAN.jpg

 

(1) Ont, entre autres, également appelé à manifester: Alain Soral, fondateur d'Égalité et Réconciliation; Béatrice Bourges, fondatrice du Printemps Français.

(2) Sous l'égide de l'organe Jeune Nation (ex-Œuvre Française), du Comité de Liaison et d'Aide Nationaliste (CLAN), de l'association "Les Caryatides" (femmes de la mouvance de l'ex-Œuvre Française), de "France Action Jeunesse" (Jérémy Thébault, ex-FN du Val-d'Oise) et de "La Dissidence Française" (Vincent Vauclin). Orateurs:

- Yvan Benedetti, exclu le 07/07/2011 du FN, ex-président de l'Œuvre Française, directeur d'édition et de publication de Jeune Nation

- Alexandre Gabriac, exclu le 19/04/2011 du FN, ex-Œuvre Française, ex-président des Jeunesses Nationalistes

- André Gandillon, rédacteur en chef du journal Militant, président de l'association des Amis de Rivarol

- Marie-Claire Gandillon, présidente des Caryatides

- Jérémy Thébault, président de France Action Jeunesse (FAJ)

 

05 mai 2015

FN: le grand clivage

"La radicalité n'est pas la provocation", résumait judicieusement un cadre des Identitaires. De fait, il y a en réalité deux débats au sein du FN.

Le premier porte sur les provocations et ambiguïtés de Jean-Marie Le Pen sur la Seconde Guerre mondiale. Sur ce terrain, le président fondateur du FN est ultra-minoritaire puisque, sur quarante-quatre membres du bureau politique, seuls trois ont voté contre la motion condamnant ses propos dans l'hebdomadaire Rivarol: lui-même, Bruno Gollnisch et Alain Jamet (une abstention: Catherine Salagnac; un non-votant: Bruno Subtil). Même Marion Maréchal - Le Pen et Marie-Christine Arnautu l'ont votée. Il est vrai qu'afin de favoriser l'ascension interne de sa fille, l'ancien président du FN a exclu beaucoup de ceux qui, aujourd'hui, auraient pu le soutenir (on les retrouve notamment au Parti de la France de Carl Lang). Au bureau exécutif (9 membres), seule Marie-Christine Arnautu a néanmoins refusé dans la foulée de suspendre Jean-Marie Le Pen (absent) dans la perspective de lui retirer sa présidence d'honneur.

Le second clivage porte sur l'orientation idéologique, avec la cohabitation de deux FN:

- un FN "républicain", pour qui l'identité est une question culturelle et l'arrêt de l'immigration perçu comme le seul moyen de permettre l'assimilation des immigrés déjà présents. Conformément aux statuts du FN et à la ligne portée par Marine Le Pen, il s'agit de défendre "tous les citoyens français sans distinction d'origine, de race ou de religion". Concrètement, ce FN est par exemple opposé aux statistiques ethniques.

- un FN "identitaire" au sens des Identitaires, pour qui il s'agit de défendre les "Français de souche" (l'ex-FN Jean-Yves Le Gallou: "Le Français de souche, c'est un Français blanc"). L'objectif est donc non seulement la fin de l'immigration mais aussi la "rémigration" des "extra-européens" afin de revenir sur le "grand remplacement" (théorisé par le non-FN Renaud Camus) en France en particulier et en "Europe" en général des blancs par des non-blancs de peau. Cette ligne racialiste, qui n'est plus officiellement celle du FN sous Marine Le Pen, était celle sous Jean-Marie Le Pen, défenseur du "monde blanc" (Rivarol, 09/04/2015). Concrètement, ce FN est par exemple favorable aux statistiques ethniques (voire à l'émergence d'un "communautarisme" blanc comme Julien Rochedy, ex-directeur national du FNJ).

 

Comme Les Identitaires, des cadres du FN qui se trompent dorénavant de parti s'amusent ainsi (sans l'assumer!) à effectuer un comptage "racial" débectant à partir de la couleur de peau. Par exemple Laurent Morin, 1er adjoint au maire de Mantes-la-Ville, parlant du club de football de sa propre ville, le FC Mantois 78 (composé selon Wikipédia de 14 Français, 3 Sénégalais, 2 Maliens, 1 Congolais et 1 Mauritanien):

FN

 

 

21 avril 2015

Le programme du FN d'aujourd'hui est-il comparable au programme du PCF d'hier?

Le PCF voit rouge depuis que François Hollande a déclaré, dimanche 19 avril, sur Canal+, que Marine Le Pen "parle comme un tract du Parti communiste des années soixante-dix". Tout en soulignant que le PCF "ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, qu'on fasse la chasse aux pauvres", le président de la République a mentionné la fermeture des frontières et la nationalisation des industries.

Le but des propos de François Hollande est très clair : convaincre l'électorat populaire que le projet économiques de Marine Le Pen serait ringard en ce qu'il ressemblerait à "un tract du Parti communiste des années soixante-dix". Reste à savoir si ce n'est précisément pas l'abandon de certains marqueurs historiques de la gauche qui fait qu'une grande partie de l'électorat populaire – ouvriers et employés – vote aujourd'hui FN et non plus PCF ou PS...

Avec un peu de méchanceté, on pourrait plutôt se demander si l'action gouvernementale de Manuel Valls ressemble ou non à un tract de François Hollande… des années 2012 ! Il est d'ailleurs étonnant de voir la gauche de gouvernement se placer sur le terrain de la droite, qui dispute à l'extrême droite un électorat de droite "décomplexée" en affirmant que le programme économique de Marine Le Pen serait "d'extrême gauche".

Ce qui est stratégiquement compréhensible chez Nicolas Sarkozy ne l'est pas chez François Hollande, qui, se faisant, donne une caution "de gauche" au FN en l'inscrivant dans la continuité historique de la "première gauche", jacobine et étatiste. Florian Philippot n'en demandait pas tant. "Le PCF devrait être fier au contraire d'être comparé le temps d'une interview à un grand mouvement populaire, social, patriote", a réagi le vice-président du FN.



Laissons dans cette note ces questions ouvertes (de même que celle du transfert de la "fonction tribunitienne" du PCF au FN), et regardons si le FN d'aujourd'hui est ou non comparable au PCF d'hier…

Un constat s'impose au préalable : historiquement, l'anticommunisme constitue, avec l'antigaullisme, le terreau de l'extrême droite représentée à partir de 1972 par le Front national. Notons pour l'anecdote que son secrétaire administratif dans les années soixante-dix était Victor Barthélémy, un ancien de la Section française de l'internationale communiste (SFIC) passé dans les années trente avec Jacques Doriot "du communisme au fascisme", titre de ses mémoires (Du communisme au fascisme. L'histoire d'un engagement politique, Albin Michel, 1978). Au-delà, qu'en est-il sur le fond ?

Première convergence : l'opposition à une Europe supranationale. Le manifeste électoral du PCF pour les élections européennes de 1979 comporte vingt propositions, parmi lesquelles "défendre l'indépendance nationale en excluant toute forme de supranationalité" et "préserver la souveraineté de décision de tout État membre par le strict maintien de la règle de l'unanimité au sein du conseil des ministres". Ses candidats s'engagent donc à "défendre résolument l'indépendance de la France, la souveraineté de son peuple, la sauvegarde de leurs intérêts". Encore faut-il préciser que ce souverainisme est à l'époque aussi porté par le courant chevènementiste du PS ou par le RPR néo-gaulliste ("appel de Cochin" de Jacques Chirac). C'est pourquoi ­Michel Rocard, chef de file politique de la "deuxième gauche", évoque une "alliance PCF-RPR soudée par la plus dangereuse des passions, le nationalisme" (12/12/1978).

pcf-fabriquons.jpgDeuxième convergence : le protectionnisme. "Ceux qui parlent de reconquête du marché intérieur sans prendre des mesures pour empêcher l'invasion de notre économie par des produits étrangers se moquent du monde", expose l'économiste du PCF Philippe Herzog en défendant, le 14 avril 1981, la candidature de Georges Marchais. Dès 1970, deux affiches présentent le Parti communiste français en tant que "parti de la classe ouvrière, du peuple, de la nation".

Le 5 septembre 1977, Le Nouvel Observateur titre sur "les élections et le nationalisme, la France du cocorico" en relatant notamment la manifestation organisée par le PCF, le 12 juillet 1977, devant le siège de la compagnie américaine TWA aux Champs-Élysées afin d'exiger le droit du Concorde d'atterrir à New York. Un film de Théo Robichet en a conservé la mémoire des slogans : "Boeing go home", "Avec le PCF défendons l'industrie aéronautique. Il y va de l'intérêt national", "Ils veulent briser les ailes du Concorde, défendons-le !", "Giscard, Chirac assez d'abandons ! Pas de Concorde à New York, pas de Boeing à Paris !", "Ils ferment nos usines. Ils investissent à l'étranger : Fabriquons français !".

pcf-produits.pngLe PCF lance ensuite plusieurs campagnes afin de protéger le "produisons français" ou "fabriquons français". Il va jusqu'à éditer des autocollants "spécialement conçus pour être apposés sur les machines ou les produits d'origine étrangère". Edmond Maire, secrétaire général de la CFDT, incarnation syndicale de la "deuxième gauche", fustige alors, le 1er février 1979, dans France Soir, "la xénophobie et le nationalisme" du PCF et de la CGT.

Faisant le lien entre l'économie et l'Europe, Pierre Juquin lance le 26 juillet 1978, à Toulouse, la campagne du PCF contre l'élargissement de la Communauté économique européenne à la Grèce, à l'Espagne et au Portugal autour du slogan "vivre au pays, produire français" (allusion également au slogan occitaniste "volem viure al païs"). Le Parti communiste français reçoit aussitôt les foudres du Parti communiste d'Espagne, qui accuse son homologue français de "réveiller les démons réactionnaires". Il est vrai que Georges Marchais s'oppose parallèlement à l'"euro-communisme" inventé par l'Espagnol Santiago Carrillo (qui finira par quitter le PCE) et l'Italien Enrico Berlinguer.

Toujours en économie, Marine Le Pen est aujourd'hui la seule, avec Jean-Luc Mélenchon, à vouloir des nationalisations, comme la gauche du "programme commun" (1972-1977). Si le PS a définitivement tourné le dos à cette orientation depuis son tournant social-libéral de 1983, il ne s'agit toutefois pour le FN que de "nationalisations partielles et temporaires des banques de dépôt" ou de "nationalisations temporaires" de sites industriels (en particulier Florange) au nom d'une intervention stratégique de l'État.

Troisième convergence, partielle : l'immigration. Le 6 janvier 1981, dans une lettre adressée au recteur de la Mosquée de Paris et publiée dans L'Humanité, Georges Marchais dénonce "l'immigration massive" qui permet au patronat "d'exercer une pression sur les salaires" à la baisse. "Il faut arrêter l'immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage", poursuit-il. Dans sa présentation des "principales propositions économiques" pour l'élection présidentielle de 1981, Le Monde cite donc à la rubrique "lutte contre le chômage" l'"arrêt de l'immigration" chez trois candidats: Jacques Chirac, Michel Debré et Georges Marchais.

Revenons à sa lettre ouverte. "Quand la concentration devient très importante (…) la crise du logement s'aggrave ; ​les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder. Les charges d'aide sociale nécessaire pour les familles immigrées plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes peuplées d'ouvriers et d'employés. L'enseignement est incapable de faire face et les retards scolaires augmentent chez les enfants, tant immigrés que français. Les dépenses de santé s'élèvent", égrène le député du Val-de-Marne.

De fait, le PCF dirige en banlieue de nombreuses villes où se concentrent les populations immigrées. C'est dans ce contexte que Paul Mercieca, maire de Vitry-sur-Seine, démolit au bulldozer, le 24 décembre 1980, le chantier d'un foyer destiné à loger de jeunes travailleurs français mais où s'étaient illégalement installés des travailleurs immigrés. "J'approuve son refus de laisser s'accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés", avance Georges Marchais en promouvant, à l'inverse, de la mixité sociale, c'est-à-dire "une répartition équitable des travailleurs immigrés entre toutes les communes".

Il n'empêche, les déclarations du secrétaire général du PCF ne sont pas sans ambiguïté. S'il dit rejeter "la notion non scientifique et raciste d'un prétendu «seuil de tolérance»", cette idée est bien présente dans son texte. "Ainsi se trouvent entassés dans ce qu'il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français", écrit-il en effet. "En finir avec les ghettos qui favorisent le racisme", clame en outre une affiche du PCF.

Autre ambiguïté : cette affiche, justement rediffusée par L'Humanité afin de répondre au parallèle opéré par François Hollande, promet "garantie du droit d'asile et regroupement familial" (instauré en 1976 par Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Michel Durafour). Dans le même temps Georges Marchais estime néanmoins que "la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leurs familles, la poursuite de l'immigration posent aujourd'hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables". Bel exemple de double discours!



Comparaison n'est cependant pas raison jusqu'au bout. "Il faut donner aux travailleurs immigrés les mêmes droits sociaux qu'à leurs camarades français", plaide le candidat du PCF à l'élection présidentielle de 1981, aux antipodes cette fois de la préférence nationale ultérieurement théorisée par le FN.

Il s'agit en revanche bien d'égalité des droits sociaux et non d'égalité des droits politiques: lors des discussions du "programme commun", le PS se heurte au PCF et au MRG sur l'octroi du droit de vote aux étrangers pour les élections municipales (cf. François Loncle, Autopsie d'une rupture. La désunion de la gauche, Jean-Claude Simoën, 1979). Déposée au Sénat le 20 décembre 1977 par le groupe communiste, la proposition de loi "tendant à garantir les droits et les libertés des travailleurs immigrés et des étrangers en France" ne propose ainsi que le droit de vote et d'éligibilité aux élections professionnelles (article 9). Ce n'est qu'en 1985 que le PCF rejoindra la position du PS sur le sujet.

"Il faut stopper l'immigration officielle et clandestine, mais non chasser par la force les travailleurs immigrés déjà présents en France", insiste enfin Georges Marchais, en invitant "les travailleurs immigrés et français non pas à se combattre entre eux, mais à unir leurs forces contre leurs vrais ennemis communs, les exploiteurs et ceux qui les servent."

Laurent de Boissieu
(version longue de mon article publié dans La Croix)

 

pcf1.png

pcf2.png

 

14 avril 2015

Le FN, l'euro et la politique économique

FP.jpg"Le FN se ralliera à l'euro pour faire éclater la droite", pronostiquait il y a quelques semaines Alain Minc dans Valeurs Actuelles.

Comme si la défense de la souveraineté nationale n'était qu'un épisode de l'histoire du FN. Comme si l'idée de sortir de l'euro voire de l'Union européenne était une idée importée par Florian Philippot.

Il n'en est bien entendu rien: est-il nécessaire de rappeler que le FN a toujours été contre l'euro en particulier et contre l'actuelle construction européenne en générale?

Pour mémoire, voici des extraits du programme lepéniste pour les échéances de 2002 (Pour un avenir français. Le Programme de gouvernement du Front National, Éditions Godefroy de Bouillon, 2001):

"Si elle n'obtient pas la protection de ses intérêts, la France sortira de cette Europe-là."

"Oui, vraiment, il n'est que temps de sortir de cette Europe-là!"

"Notre pays doit donc sortir au plus vite de l'Europe de Bruxelles. Cette Europe-là est définitivement irréformable. Et il est devenu impossible de démêler les liens qui étranglent notre pays. Tranchons définitivement le nœud gordien!"

"L'exemple de la monnaie est à cet égard révélateur. Nous sommes contre l'euro qui supprime la souveraineté de la France dans le domaine économique. Mais nous ne sommes pas opposés à l'existence d'une monnaie commune fondée sur un accord particulier, permettant à l'Europe de disposer d'un instrument monétaire capable de rivaliser avec le dollar sur les marchés financiers."

"Sortir la France de l'Union européenne. Les mesures à prendre se résument en fait à une seule: la dénonciation des traités liant la France à l'Union européenne de Bruxelles (Rome, l'Acte Unique, Schengen, Maastricht, Amsterdam). Certains doutent cependant de la possibilité, au moins juridique, qu'aurait la France de sortir de l'Union européenne. C’est méconnaître, sur le plan politique, que l'histoire est un cimetière de traités présomptueusement conclus pour l'éternité."

"Retrouver les attributs de la souveraineté. La France retrouvera alors les attributs de la souveraineté : - la possession de sa monnaie et donc la maîtrise de sa politique économique et financière; (...)"

 

Ce que Florian Philippot a bien apporté au FN, en revanche, c'est une cohérence entre la dénonciation du libéralisme extérieur (protectionnisme face au libre-échangisme mondial) et une dénonciation du libéralisme intérieur (interventionnisme social-étatiste contre la remise en cause du modèle social français), en rupture avec le programme de libéralisation interne défendu hier par Jean-Marie Le Pen et aujourd'hui par Marion Maréchal - Le Pen.

Il y a donc sur ces questions trois points de divergences de fond entre l'UMP et le FN:

-> le premier, commun à l'ensemble du FN: la recouvrance de la souveraineté nationale (y compris la souveraineté monétaire).

-> le deuxième, commun à l'ensemble du FN: le protectionnisme extérieur.

-> le troisième, spécifique à la ligne Philippot: le social-étatisme (qualifiée de politique économique et sociale d'"extrême gauche" par la droite, y compris paradoxalement celle qui se réclame du gaullisme!).

 

Ce sont ces trois points qui font que la différence entre l'UMP et le FN n'est pas de degré (l'extrême droite comme prolongement extrême de la droite) mais de nature (l'extrême droite ni de droite ni de gauche). Ce sont eux qui font que le FN est handicapé entre les deux tours pour agréger l'électorat de droite.

Or, Marion Maréchal - Le Pen n'est en rupture avec l'actuelle ligne officielle du FN, portée par Marine Le Pen, que sur le troisième point économique et social, certes important. C'est en effet là, selon l'éditorialiste Yves Thréard, que "le diable se cache désormais au FN" (Le Figaro, 9 avril 2015). Tant pis si cette récente défense du modèle social français n'est pas un marqueur du FN, puisqu'elle correspond par ailleurs - avec des nuances - aux idées passées ou présentes de Philippe Séguin, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, Henri Guaino ou encore Jérôme Guedj.

La remettre en cause serait pour le FN une bonne stratégie de second tour ...mais une mauvaise stratégie de premier tour car cela lui ferait perdre une partie de son électorat populaire.

Gagner le premier tour ou le second tour, tel est le dilemme auquel est confrontée Marine Le Pen pour trancher entre la ligne Philippot et la ligne Marion Maréchal - Le Pen. Reste que, pour l'instant, elle a opté en faveur de Florian Philippot.

 

10 avril 2015

Analyses autour de la crise au FN

Je crois que plus personne ne prétend que le conflit entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen serait factice et tactique.

Demeure en revanche une véritable divergence d'analyse sur la nature de ce conflit: uniquement stratégique (ne plus parler de la Seconde guerre mondiale) ou idéologique (guerre entre deux FN: FN-MLP/Philippot vs FN-JMLP/MMLP)?

Mes analyses plaident en faveur d'une fracture idéologique, tout au moins entre Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen/Marion Maréchal - Le Pen, car je ne parviens pas à évaluer ce que pense Marne Le Pen au fond, tout en constatant que la ligne qu'elle impulse est la ligne Philippot (bien que minoritaire au sein du FN d'en bas, et peut-être même au sein du FN d'en haut).

 

- Le Front national est-il un parti comme les autres ?

 

- Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen déclenchent la guerre des deux FN

 

- Quatre questions sur Jean-Marie Le Pen et le FN

-> Jean-Marie Le Pen peut-il être exclu du FN ?

-> Jean-Marie Le Pen peut-il perdre la présidence d’honneur du FN ?

-> Jean-Marie Le Pen peut-il être candidat FN aux régionales ?

-> Les propos de Jean-Marie Le Pen sont-ils contraires aux statuts du FN ?

 

- Le FN, une longue histoire de conflits internes

 

30 mars 2015

Le FN a-t-il gagné ou perdu les élections départementales?

Le bilan des élections départementales est en demi-teinte pour le FN: électoralement positif mais décevant pour lui en ce qui concerne le nombre d'élus.

 

Les plus:

- confirmation d'une tripolarisation entre un bloc de gauche dominé par le PS, un bloc de droite dominé par l'UMP – tous les deux autour de 30% des suffrages exprimés – et le FN seul à 25%.

- confirmation de son socle électoral autour de 5 millions de voix:

-> 5,1 millions d'électeurs aux départementales de 2015

-> 4,7 millions d'électeurs aux européennes de 2014

-> 6,4 millions d'électeurs à la présidentielle de 2012

- progression aux élections départementales (ex-cantonales) en suffrages exprimés:

-> 25,24% en 2015 au premier tour contre

-> 15,06% en 2011 (moitié des cantons)

-> 4,85% en 2008 (autre moitié des cantons)

- progression aux élections départementales (ex-cantonales) en élus:

-> 62 en 2015 (dont 8 au premier tour)

-> 2 en 2011 (moitié des cantons)

-> 0 en 2008 (autre moitié des cantons)

- confirmation de son maillage territorial:

-> présence dans 93% des cantons en 2015

-> présence dans 71% des cantons en 2011 (moitié des cantons)

-> présence dans 51% des cantons en 2008 (autre moitié des cantons)

- confirmation de son ancrage dans ses bastions (Sud-Est, Nord-Est), en s'appuyant désormais sur des élus locaux en voie de notabilisation.

- confirmation de sa progression dans ses terres de mission (Centre, Ouest), au point dorénavant d'être en mesure de se qualifier au second tour dans un grand nombre de territoires.

 

Les moins:

- élection de seulement 62 conseillers départementaux sur 4.108 (1,5% des élus).

- isolement fatal dans un scrutin majoritaire (uninominal ou binominal) à deux tours: on ne peut pas à la fois dénoncer l'"UMPS" et attendre l'appoint en duel de second tour avec la droite ou avec la gauche d'électeurs PS ou d'électeurs UMP.

- manque de crédibilité et extrémisme d'une partie de ses candidats, cadres et militants restés sur la ligne historique du FN.

 

 

Lire aussi: carte interactive de Gauthier Vaillant, Départementales 2015: scores du FN au second tour par canton

Départementales 2015 FN