Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mars 2017

Valls va voter Macron

 

 

 

 

14 mars 2017

Législatives 2017: 92 candidats UDI soutenus par LR

L'"accord d'union" pour l'élection présidentielle et les élections législatives entre les deux grands partis de droite, LR et l'UDI, a été signé ce mercredi 14 mars 2017 par François Fillon et Jean-Christophe Lagarde.

Voici les 92 candidats UDI soutenus par LR:

UDI.png

Il y a quatre candidats de moins (92 au lieu de 96) par rapport à la liste que j'avais publiée le 8 mars:

- Florence Beuvelet (Loire-Atlantique, 8e) et Luc Strehaiano (Val-d'Oise, 6e - au détriment de Gilles Mentré) conservent finalement l'investiture LR avec le soutien de l'UDI.

- il y aura finalement des primaires LR-UDI dans la 10e circonscription de Haute-Garonne et dans la 4e circonscription des Français établis hors de France.

N.B.: Frédérique Meunier (Corrèze, 2e) est passée de l'UDI à LR en septembre 2016 mais figure dans l'accord sur le quota UDI.

 

Voici la liste des 46 primaires "actées" entre Les Républicains et l'UDI:

LRUDI.png

Il y a quatre primaires de plus (46 au lieu de 42) par rapport à la liste que j'avais publiée le 8 mars:

- Ariège, 2e
- Aude, 1re
- Haute-Garonne, 10e: l'UDI Dominique Faure était pressentie mais le LR Arnaud Lafon a résisté.
- Manche, 3e
- Français établis hors de France, 4e: l'UDI Caroline Laporte était pressentie mais LR présentera un candidat (en attente de désignation).

En revanche, dans la 6e du Val-de-Marne il n'y aura finalement pas de primaire.

 

Au total, par rapport aux investitures du dernier conseil national LR (14 janvier 2017), 15 candidats ont dû céder la place à un UDI:

LR.png

N.B.: Julien Freyburger (Moselle, 1re), maire de Maizières-lès-Metz, a indiqué postérieurement au conseil national qu'il ne serait pas candidat aux élections législatives. À noter que Richard Mallié (Bouches-du-Rhône, 10e) et Jean-Philippe Maurer (Bas-Rhin, 2e) sont d'anciens députés; que Xavier Lemoine (Seine-Saint-Denis, 12e) est vice-président du Parti chrétien-démocrate; qu'Arnaud Murgia est président de la fédération LR des Hautes-Alpes , et Robert Karulak secrétaire de la fédération de la Loire.

 

 

 

08 mars 2017

Législatives 2017: 96 candidats UDI soutenus par LR

Voici la liste des 95-96 candidats UDI qui devraient être soutenus par Les Républicains aux élections législatives de 2017:

N.B.: figurent certains maires qui n'ont pas encore tranché entre un mandat parlementaire ou un mandat exécutif local (exemple: l'UDI André Santini); dans la 2e circonscription de la Corrèze, la candidate Frédérique Meunier est passée de l'UDI à LR en septembre 2016

UDI.png

 

Voici la liste des 42 primaires qui seraient "actées" entre Les Républicains et l'UDI:

LRUDI.png

 

Au total, par rapport aux investitures du dernier conseil national LR (14 janvier 2017), 18 candidats ont apparemment dû céder la place à un UDI:

LR.png

N.B.: Julien Freyburger (Moselle, 1re), maire de Maizières-lès-Metz, a indiqué postérieurement au conseil national qu'il ne serait pas candidat aux élections législatives. 

22 février 2017

Bayrou-Macron, une alliance inédite

http://www.la-croix.com/France/Politique/Bayrou--Macron-u...

 

29 janvier 2017

Malraux, Fillon et les "quatre gauches"

Extrait de l'entretien de François Fillon, dimanche 29 janvier, au Journal du Dimanche (repris dans son discours à Paris, Porte de La Villette, du coup j'ai mixé les deux):

"Au fond, comme le disait André Malraux il y a un peu plus de cinquante ans, il y a quatre gauches en France.
La première, c'est la gauche pure et dure, rouge de chez rouge, on la connaît, c'est Mélenchon.
La deuxième, on la connaît aussi, c'est la gauche socialiste, c'est tout l'équipage des naufragés du Titanic hollandais qui viennent de s'entredévorer sur le radeau de la Méduse de la primaire.
La troisième gauche, on la connaît moins, c'est Macron. Il dit avoir un projet: je l'attends! Il dit être réformateur: il l'est moins que moi!
La quatrième gauche, c'est le FN: sortie de l'euro, abaissement de l'âge de la retraite à 60 ans, augmentation du salaire minimum, recrutement illimité de fonctionnaires... le programme du FN, c'est de la dépense publique à n'en plus finir, c'est le programme du Parti communiste des années 70 ou celui du Front de gauche! Aujourd'hui, l'original c'est Jean-Luc Mélenchon, la copie c'est Marine Le Pen!".

 

Il s'agit d'une allusion au discours d'André Malraux, au Palais des Sports de Paris, le 15 décembre 1965, s'adressant à François Mitterrand:

"Couperez-vous la France en deux? Ou en quatre, car vous êtes le candidat unique de quatre gauches, dont l'extrême droite."

 

Outre François Mitterrand - soutenu dès le premier tour de la présidentielle de 1965 par les trois gauches socialiste, radicale et communiste -, André Malraux ajoutait la candidature de Jean-Louis Tixier-Vignancour, représentant de l'extrême droite pro-Algérie française. "Mon seul but a été de mettre le général de Gaulle en ballottage. Il y est. Je suis heureux. (…) Je ferai tout pour assurer sa défaite", avait en effet expliqué dans l'entre deux tours celui qui avait pour directeur de campagne Jean-Marie Le Pen.

 

Il est fort à parier qu'en 1965 le libéral François Fillon aurait même ajouté une "cinquième gauche": "la gauche gaulliste souverainiste, planiste et interventionniste"...