Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juin 2017

Drapeau de l'Union européenne dans l'hémicycle: Mélenchon a-t-il raison?

"Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt"

 

Le nouveau député de la nation Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) a eu cette réflexion en entrant dans l'hémicycle:

"Hé, franchement, on est obligé de supporter ça? Non mais attends, c’est la République française ici, c’est pas la Vierge Marie, là. Je ne comprends pas. Ce truc n'est pas constitutionnel. Parce qu'ils l'avaient mis dans le projet de Constitution, tu sais, le drapeau de l'Europe."

 

Il y a en réalité trois idées dans les propos de l'ancien candidat à la présidence de la République.

 

1. Drapeau européen et symbole marial

L'inventeur du "drapeau européen", Arsène Heitz, s'est inspiré de l'Apocalypse de Saint-Jean:

"Un grand signe apparut dans le ciel: une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles"

PROVVM.jpg
Chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, à Paris

 

Son origine est donc bien chrétienne. Il n'a cependant pas été adopté en 1955 par le Conseil de l'Europe puis en 1986 par les Communautés européennes (devenues Union européenne) pour cette raison, involontaire chez les décisionnaires.

Bref, il est erroné de voir dans le drapeau présent sur le fronton de nos édifices publics ou dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale une référence mariale. De même qu'il est faux d'y voir un "drapeau européen" dans l'absolu: ce n'est en l'espèce pas celui de l'organisation internationale Conseil de l'Europe mais uniquement celui de l'organisation internationale Union européenne.

 

2. Drapeau européen et projet de Constitution européenne

Jean-Luc Mélenchon explique ensuite que le drapeau de l'Union européenne serait inconstitutionnel puisque le projet de Constitution européenne a été rejeté par le peuple français.

Certes, le traité constitutionnel européen créait une devise ("Unie dans la diversité") et mentionnait les symboles existants (drapeau, hymne). Mais, contrairement à ce qu'il affirme, son rejet n'a pas supprimé ces derniers.

(Sauf à considérer que tout ce que le traité constitutionnel européen reprenait a également été rejeté, et pas seulement les nouveautés, mais dans ce cas l'Union européenne n'existe plus puisque l'ensemble de "l'acquis communautaire" était repris dans sa troisième partie!)

 

3. Drapeau européen et souveraineté

Comme le dit Jean-Luc Mélenchon, la présence du drapeau d'une organisation internationale (quelle qu'elle soit) est totalement déplacée dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, lieu d'expression de la souveraineté populaire.

(Du moins tant que l'Union européenne n'est pas une fédération, avec l'idée - de fait contraire à l'identité constitutionnelle française - d'une souveraineté partagée entre les États fédérés, dont la France, et l'État fédéral incarnant un peuple union-européen)

Incapables de comprendre la spécificité symbolique de ce lieu qu'est l'hémicycle où les députés de la nation votent la loi, les critiques de Jean-Luc Mélenchon ont effectué des parallèles malhonnêtes intellectuellement (par exemple avec l'en-tête de sa fiche d'indemnité ou du papier à lettres qu'il utilisait jusque-là en tant que parlementaire union-européen...)

 

20 juin 2017

L'origine politique des députés La République en Marche

Au total, 347 candidats investis par La République en Marche ont été élus députés (dont 52 MoDem).

Voici leur origine politique:

 

 

19 juin 2017

Législatives 2017: la composition politique de la nouvelle Assemblée nationale

Voici mon décompte personnel de la composition politique de la nouvelle Assemblée nationale:

 

Parti Députés
Régionalistes
Mouvement Indépendantiste Martiniquais  indépendantiste 1 5
TAVINI  indépendantiste 1
Pè a Corsica - Femu a Corsica  autonomiste 3
Gauche critique
La France Insoumise-Ensemble 3 29
La France Insoumise-Parti de Gauche 9
Divers La France Insoumise 2
Picardie Debout 1
La France Insoumise-PCF 2
PCF 10
Pour la Réunion 1
Rezistans Égalité 974 1
Gauche
MRC  avec soutien PS 1 39
PS 30
PRG  avec soutien PS avec adversaire REM 1 4
PRG  avec soutien PS sans adversaire REM 1
PRG  sans soutien PS sans adversaire REM 1
PRG apparenté  avec soutien PS 1
BPM 1
PPM 1
PSG 1
Divers gauche 1
Majorité présidentielle
REM - En Marche! 277 298 359
REM - PS 1
REM - MoDem  sans investiture MoDem 1
REM - PRG 4 5
PRG-Cap sur l'Avenir  soutien sans investiture REM 1
REM - MDP 2
REM - Le Parti Écologiste 4
REM - CAP21 5
REM - Génération Citoyens 1
REM - GUSR app Eko Zabym 1
REM - Guyane Rassemblement 1
Divers majorité présidentielle  sans investiture REM 6
Divers majorité présidentielle - Alliance Centriste  sans investiture REM 1
Divers majorité présidentielle - MIP  sans investiture REM 1
Divers majorité présidentielle - REM diss 1
REM - MoDem 51 52
MoDem-La Politique Autrement  sans investiture REM 1
Droite
UDI 16 20 134
UDI-Calédonie Ensemble 2
UDI-Tapura Huiraatira 2
LR 110 113
LR-Objectif Réunion 2
LR-AMPR 1
Divers droite 1
Droite critique
Résistons! 1

2

Debout la France 1
Extrême droite
FN 6

9

FN apparenté 2
Ligue du Sud 1
Décompte Laurent de Boissieu - France-politique.fr

 N.B.. Pour La République en Marche (REM):
- y compris Pierre Cabaré, dont l'investiture a été suspendue en raison d'une condamnation passée à une peine d'inéligibilité.
- y compris François-Michel Lambert, dont l'investiture a été suspendue puis reconfirmée.

18 juin 2017

Majorité absolue pour En Marche!: les précédents historiques

Il n'est pas inédit qu'un groupe obtienne à lui tout seul une majorité absolue de sièges à l'Assemblée nationale:

-> en 2017: 55% des sièges En Marche! (estimation Kantar Sofres-onepoint)

-> en 2012: 51% des sièges Groupe socialiste, républicain et citoyen

-> en 2007: 55,5% des sièges UMP

-> en 2002: 63,5% des sièges UMP

-> en 1981: 58% des sièges Groupe socialiste

-> en 1968: 60% des sièges UDR

-> en 1893: 54% des sièges Groupe des républicains de gouvernement

 

15 juin 2017

Les forces en présence au second tour des législatives 2017

Quatre députés ont été élus au premier tour:
- Stéphane Demilly (Union de la droite, UDI)
- Sylvain Maillard (La République en Marche, EM!)
- Paul Molac (La République en Marche, régionaliste)
- Napole Polutélé (majorité présidentielle sans investiture La République en Marche)

 

Les configurations du second tour sont les suivantes:
- 1 circonscription avec candidature unique (Aveyron, 2e): Anne Blanc (La République en Marche, EM!) après le retrait d'André At (Union de la droite, LR)
- 1 triangulaire (Aube, 1re) entre Grégory Besson-Moreau (La République en Marche, EM!), Nicolas Dhuicq (Union de la droite, LR) et Bruno Subtil (FN)
- 571 duels 

 

 

Le tableau suivant détaille mes divergences avec le ministère de l'intérieur (duels):

Étiquettes France-politique.fr Étiquettes du ministère de l'intérieur
1 divers 1 DIV
83 gauche critique 67 FI
12 COM
2 DVG
1 REG
1 DIV
9 régionalistes 9 REG
83 gauche 65 SOC
5 RDG
1 ECO
12 DVG
527 majorité présidentielle (MAJPR) 452 REM
62 MDM
4 DVG
3 DVD
6 DIV
317 droite 263 LR
35 UDI
18 DVD
1 DIV
1 DLF
1 Résistons!
1 DLF
1 DVD
119 FN
1 LDS
119 FN
1 EXD