Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2016

Quel est le profil politique des futurs électeurs de la primaire de la droite?

Voici le profil politique des électeurs certains d'aller voter, en novembre 2016, à la primaire de la droite (808 personnes issues d'un échantillon représentatif de 9 672 personnes):

Conclusion: les apports extérieurs au parti LR, sur sa gauche (17%) et sur sa droite (16%), s'annulent. La primaire se jouera donc bien sur les sympathisants LR (53%).
Pour Nicolas Sarkozy, la priorité est donc la reconquête de ce noyau dur, progressivement grignoté par Alan Juppé.

 

Source: sondage OpinionWay pour La Manif pour tous, réalisé du 19 au 23 mai 2016.

02 juin 2016

[EXCLU] Cartes du congrès 2016 du PCF

Le 37e congrès du Parti communiste français (PCF) se déroule du 2 au 5 juin 2016, à Aubervilliers.

Voici en exclusivité quelques cartes.

 

1. Répartition des adhérents du PCF

 

PCF-2016-ADH.png

N.B.: non comptabilisés les adhérents des Deux-Sèvres (150 adhérents en 2013), où le vote a été invalidé.

 

PCF-2013-ADH.png

 

 

2. Résultats du vote sur la base commune et les textes alternatifs

PCF-2016-CN.png

La "base commune" du congrès, présentée par la direction du PCF, est majoritaire dans 61 départements sur 95 (avec un maximum de 85,57% des suffrages exprimés dans les Côtes-d'Armor et 85,53% en Corse-du-Sud).

 

 

PCF-2016-FDG.png

Le texte "L'ambition communiste pour un Front de gauche populaire et citoyen" (texte alternatif n°1), favorable à la démarche du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon, est majoritaire dans six départements:
- Vendée (67,07%)
- Aveyron (58,54%)
- Morbihan (56,85%)
- Yonne (52,63%)
- Ariège (51,69%)
- Manche (50,36%)

 

PCF-2016-UNIR.png

Le texte "Unir les communistes - Le défi renouvelé du Parti communiste" (texte alternatif n°3), soutenu par le réseau orthodoxe "Faire vivre le PCF" (Jean-Jacques Karman, Hervé Poly, Michèle Picard), est majoritaire dans le département du Pas-de-Calais (78,54%; secrétaire fédéral: Hervé Poly).

 

PCF-2016-RIPOSTE.png

Le texte "Reconstruisons le parti de classe! Priorité au rassemblement dans les luttes" (texte alternatif n°4), soutenu par le réseau orthodoxe "Vive le PCF!" (Emmanuel Dang Tran, Cyril Morlot), est majoritaire en Haute-Saône (75,93%; secrétaire fédéral: Cyril Morlot).

 

PCF-2016-VLPCF.png

Le texte "Pour une politique communiste" (texte alternatif n°2), soutenu par le réseau "La Riposte" (trotskistes du PCF: Greg Oxley), n'est majoritaire dans aucune fédération.

01 juin 2016

Les rapprochements entre la droite et l'extrême droite se multiplient

Je vous invite à lire mon article publié dans La Croix:

http://www.la-croix.com/France/Politique/Les-rapprochemen...

 

29 mai 2016

Robert Ménard se démarque de Marine Le Pen

Je vous invite à lire mon article publié dans La Croix:

http://www.la-croix.com/France/Politique/Robert-Menard-se...

 

27 mai 2016

Robert Ménard veut recomposer la droite et l'extrême droite

Je vous invite à lire mon article publié dans La Croix de ce jour:

http://www.la-croix.com/France/Politique/Robert-Menard-ve...

 

12 mai 2016

Quand la majorité gouvernementale devient minoritaire

La tentative de motion de censure "de gauche" (utilisation par le gouvernement de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution sur la loi "El Khomri") puis la motion de censure "de droite" permettent de dresser les rapports de force actuels à l'Assemblée nationale.

Or, réduite à 284 députés, la majorité gouvernementale n'y est plus majoritaire (49,5% du total des 574 députés). Une information qui est étrangement passée presque inaperçue!

MAj: majorité de gauche.
OPP D: opposition de droite.
OPP EXD: opposition d'extrême droite.
OPP CENT: opposition du centre, dont un signataire de la motion de censure "de gauche".
OPP G1: opposition de gauche, signataires de la tentative de motion de censure "de gauche" et votants de la motion de censure "de droite".
OPP G2: opposition de gauche, signataires de la tentative de motion de censure "de gauche" mais non-votants de la motion de censure "de droite".

N.B.: il y a actuellement trois sièges de députés vacants.

11 mai 2016

Motion de censure "de gauche": qui a signé, qui n'a pas signé?

Parmi les non-signataires que j'attendais (18):

- 16 "frondeurs" du PS: Serge Bardy, Delphine Batho, Philippe Baumel, Kheira Bouziane-Laroussi, Nathalie Chabanne, Jean-Pierre Dufau, Anne-Lise Dufour-Tonini, Henri Emmanuelli, Hervé Féron, Jean-Marc Germain, Daniel Goldberg, Arnaud Leroy, Kléber Mesquida, Pierre-Alain Muet, Denys Robiliard, Michel Vergnier

- Jean-Noël Carpentier (MDP)

- Marie-Françoise Bechtel (chevènementiste "maintenue", ex-MRC)

 

Parmi les signataires que je n'attendais pas (10):

- 4 PS jusque-là non "frondeurs": Alexis Bachelay, Yann Galut, Serge Janquin, Laurent Kalinowski

- 2 PS anciennes "frondeuses" qui "frondent" à nouveau: Isabelle Bruneau, Paola Zanetti

- Romain Joron, suppléant de Barbara Pompili, député depuis le 12/03/2016 et membre d'Un Monde d'Avance (courant de Benoît Hamon)

- Huguette Bello (PLR)

- Jean Lassalle (en congé du MoDem)

- Thomas Thévenoud (ex-PS)

motionfrondeurs.png

 

01 mai 2016

Le FN, une secte?

Il existe dans tous les partis des sensibilités. Au FN comme ailleurs, parce que ce ne sont pas des sectes. Sauf qu'au FN, le dire est un crime de lèse-majesté.

FPMent.jpg

Décryptage.

 

Sophie Montel est élue FN au Parlement européen. Tête de liste aux élections régionales en Bourgogne - Franche-Comté, elle avait frôlé la victoire au second tour.

Sur la ligne de Marine Le Pen sur les questions de société, elle n'avait notamment pas défilé contre l'ouverture du mariage civil aux couples homosexuels.

Pendant la campagne des régionales, elle n'avait pas apprécié la sortie de Marion Maréchal Le Pen, son homologue en Provence-Alpes-Côte d'Azur, contre le planning familial.

Pour ce 1er mai 2016, le FN avait, intéressante initiative, décidé de donner la parole, avant Marine Le Pen, à l'ensemble de ses chefs de file régionaux. J'admets que certains de mes confrères ne suivaient pas tellement ces discours, mais que nous étions tout de même quelques-uns à le faire.

Surtout celui de Sophie Montel, puisque j'avais été averti (hé oui, les journalistes se connaissent et se parlent!) que l'intéressée comptait en profiter pour répondre à Marion Maréchal Le Pen sur les droits des femmes, ce qu'elle n'avait bien entendu pas pu faire dans le contexte d'une campagne électorale. Cela m'a d'ailleurs été ensuite confirmé sur Twitter par un autre confrère:

FPMent2.jpg

Voici mes notes sur l'intervention de Sophie Montel:

"Droits des femmes remis en cause par les flux migratoires" appl+++

"Sanctuarisation de la contraception et non-remise en cause de l'avortement, libre-disposition du corps des femmes" appl+ / sifflets

D'où mon tweet, car il est suffisamment exceptionnel dans ce genre de rassemblement que des divergences internes ressortent pour le signaler.

Inutile de préciser que je maintiens avoir entendu des sifflets à ce passage-là. L'inverse eut d'ailleurs été troublant pour Sophie Montel, puisque cela aurait signifié

- soit qu'elle n'avait finalement pas eu le courage de défendre à la tribune ses convictions (or elle l'a eu).

- soit que les militants, dont Marion Maréchal Le Pen est idéologiquement la favorite, ne s'intéressaient pas à ce qu'elle disait (or il y a bien eu quelques sifflets).

N.B.: Marine Le Pen a apporté dans son discours son soutien à Sophie Montel en déclarant qu'elle "a raison". Ce qui prouve, encore une fois, qu'il n'y a pas une ligne Philippot contre une ligne Marion Maréchal Le Pen, mais une ligne Marine Le Pen (qui est la ligne officielle du FN) contre une ligne Marion Maréchal Le Pen (que j'analyse comme majoritaire à la base).

 

P.S.: En partant, un cadre du FN m'a signalé qu'un orateur avait dit l'inverse de Sophie Montel, ce que j'avoue humblement ne pas avoir remarqué. Sans doute le remplaçant de Pascal Gannat (Pays de la Loire), intervention que je n'ai pas pu bien écouter. L'absent a d'ailleurs répondu sur Twitter à Sophie Montel:

PG1.jpg

PG2.jpg

16 avril 2016

En France, un camp d'été interdit aux blancs

Le racialisme d'extrême droite est bien connu (1), et combattu comme il se doit par tout humaniste donc existentialiste et anti-essentialiste.

Mais il existe aussi un racialisme d'extrême gauche, qui bénéfice, lui, d'une étonnante bienveillance dans une partie de la gauche voire au-delà.

Imaginons que l'extrême droite racialiste organise un évènement réservé aux blancs de peau, sans l'assumer ouvertement en précisant que "le camp d'été est réservé uniquement aux personnes françaises de souche". Ce camp serait logiquement critiqué et sans doute interdit.

En l'espèce, pas besoin d'imagination: l'extrême gauche racialiste organise les 25-26 août 2016 (2) un évènement réservé aux non-blancs de peau, sans l'assumer ouvertement en précisant que "le camp d'été est réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d'État en contexte français".

De fait, cette fois le propos va au-delà de la promotion théorique du racialisme (3), puisque cette interdiction d'inscription pour les personnes blanches de peau constitue un acte de discrimination raciale.

Où sont les critiques? Où sont les demandes d'interdiction?

 

decolonial1.png

decolonial4.png

 

(1) Représenté par les mouvances Nouvelle Droite et Identitaires: GRECE, Terre et Peuple, Institut Iliade, Bloc Identitaire, Ligue du Midi, Ligue du Sud, Alsace d'Abord, Parti de l'In-nocence etc.

(2) Repéré sur Twitter par Tefy Andriamanana.
Coordination générale: Sihame Assbague (du collectif Mafed: Marche des Femmes pour la Dignité, proche du Parti des Indigènes de la République) et Fania Noël (du collectif Mwasi, réservé aux "femmes cisgenres et transgenres noires/métisses africaines et afro-descendantes").
[Ajout du 18/04/2016: Sihame Assbague et Fania Noël ont cosigné avec Houria Bouteldja (porte-parole du Parti des Indigènes de la République), Ismahane Chouder (membre du Collectif des féministes pour l'égalité), Nabil Ennasri (président du Collectif des musulmans de France), Amadou Ka (président des Indivisibles), Leyla Larbi (membre du Labo décolonial) et Marwan Muhammad (directeur exécutif du Collectif contre l'islamophobie en France) une tribune contre Manuel Valls (premier ministre), Laurence Rossignol (ministre), Gilles Clavreul (délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme) et Laurent Joffrin (journaliste) en considérant que leur "antiracisme est un racisme".]

(3) Ce que se contente de promouvoir le Conseil Représentatif des Associations Noires de France (CRAN), qui a colonne ouverte dans la presse alors qu'un Conseil Représentatif des Associations Blanches de France (CRAB) serait logiquement aussitôt interdit.