Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2011

L'UMP n'est pas parvenue à unifier la droite française

politique,droite,ump,parti radical,jean-louis borloo


La décisions de Dominique de Villepin de ne pas renouveler son adhésion à l'UMP, puis celle de Jean-Louis Borloo de quitter le parti majoritaire, semblent annoncer un retour du pluralisme partisan à droite. L'ancien premier ministre chiraquien a créé l'année dernière son propre mouvement, République solidaire, et présentera jeudi son "projet pour une politique alternative". Tandis que le Parti radical, dont Jean-Louis Borloo est le président, devrait décider, lors de son 111e congrès, les 14 et 15 mai prochains, son départ en bloc de l'UMP.

La fondation de l'Union pour la majorité présidentielle puis de l'Union pour un mouvement populaire, en 2002, était pourtant le fruit d'une grande ambition: réunir au sein d'une formation unifiée toute la droite française, avec un candidat unique lors de l'élection présidentielle. Objectif presque atteint, puisque, depuis, le groupe UMP à l'Assemblée nationale réunit la quasi-totalité des députés de droite. Seuls sont restés en dehors les élus UDF en 2002, puis Nouveau centre en 2007, de même que ceux du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers.

Les éventuelles candidatures à la prochaine présidentielle de Dominique de Villepin et de Jean-Louis Borloo pourraient toutefois changer la donne en remettant en cause l'hégémonie, à droite, de l'UMP et de son candidat. Dès ce mardi, Pascal Vilain, président de la fédération du Loiret du Parti radical, a ainsi lancé, à Orléans, le premier comité de soutien à la candidature de Jean-Louis Borloo.

Au-delà du Parti radical, l'idée de Jean-Louis Borloo est de constituer une "alliance républicaine, écologiste et sociale" avec les autres composantes de "l'aile humaniste" de la majorité de droite, notamment le Nouveau centre d'Hervé Morin et la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel.

"Il s'agirait, d'une certaine façon, de recréer l'UDF et de faire à nouveau marcher la droite sur deux jambes", décrypte le politologue Gérard Grunberg dans une note pour le groupe de réflexion Telos. Entre 1978 et 1998, la droite française était en effet partagée entre le RPR, néogaulliste et chiraquien, et l'UDF, union de ses sensibilités libérale, démocrate-chrétienne et radicale.

Or, la création de l'UMP fut la conséquence de l'effacement des antagonismes idéologiques entre les deux partenaires, étant donné le ralliement de la majorité du RPR aux idées libérale, européiste et décentralisatrice de l'UDF. Mais, aujourd'hui, l'insistance de Nicolas Sarkozy sur les thématiques d'identité, d'immigration et de sécurité a fait renaître un clivage à droite, Jean-Louis Borloo allant jusqu'à affirmer dans le contexte des élections cantonales qu'il y avait désormais "deux majorités présidentielles".

"La diversité historique de la droite française ne pouvait pas disparaître avec la création de l’UMP. Celle-ci devait donc faire vivre, organiser et canaliser cette diversité, poursuit Gérard Grunberg. Sa direction n’a pas su ou voulu le faire." Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy, ses deux présidents successifs, n'ont en effet jamais appliqué les statuts du parti, qui prévoient bien la reconnaissance de courants internes (appelés "mouvements") avec vote des adhérents et financement propre.

Reste à savoir jusqu'où la prise d'indépendance de Jean-Louis Borloo pourra ébranler l'UMP. Les ex-UDF non radicaux (Pierre Méhaignerie, Marc-Philippe Daubresse) devaient en effet se réunir ce mardi afin de réaffirmer leur appartenance au parti majoritaire, tout au moins jusqu'aux législatives. Et, au sein même du Parti radical, un député pourtant favorable à la candidature de Jean-Louis Borloo estime que pas plus de "cinq ou six" de ses collègues (sur vingt au total) souhaitent véritablement rompre avec l'UMP…

Laurent de Boissieu
La Croix, 12/04/2011 (version légèrement modifiée)

Commentaires

Cher Laurent,

Vous écrivez "au sein même du Parti radical, un député pourtant favorable à la candidature de Jean-Louis Borloo estime que pas plus de "cinq ou six" de ses collègues (sur vingt au total) seraient prêts à rompre avec l'UMP…" mais je trouve que citer l'avis d'un seul député n'est pas un échantillon suffisamment large pour être significatif (5 % des députés radicaux).

Je connais plusieurs militants radicaux bien informés (ils sont collaborateurs parlementaires) qui m'affirment qu'au contraire la très large majorité de leurs parlementaires sont favorables au fait de quitter l'UMP et de rejoindre la confédération.

Je connais votre grande rigueur intellectuelle pour l'avoir constatée souvent en vous lisant. Je vous invite donc humblement et amicalement à essayer de rencontrer d'autres sources radicales pour élargir votre analyse.

Merci pour le travail de qualité dont vous nous faites profiter.

Écrit par : Emmanuel Pagura | 13 avril 2011

Bonjour,
Ce que dit ce député anonyme va dans le sens d'un papier publié jeudi dernier dans La Croix, pour lequel j'ai appelé les vingt députés en question: davantage que "cinq ou six" seraient effectivement prêts à quitter l'UMP si le congrès du Parti radical en décidait ainsi, mais "cinq ou six" me semble bien correspondre au nombre de députes radicaux de droite qui souhaitent (mettons effectivement ce verbe à la place de "prêts à") aujourd'hui quitter le parti et le groupe UMP.
Cordialement!

Écrit par : Laurent de Boissieu | 13 avril 2011

Où l'on constate que le "patriotisme de parti" n'est pas soluble dans l'UMP.

Ceci-dit, fondre ensemble toutes les familles de la droite pour réaliser le même résultat que feu le RPR, ça peut engendrer du désenchantement...

Écrit par : Brath-z | 13 avril 2011

Le désastre électoral probable n'est-il pas la cause essentielle de cette division?

Écrit par : Jardidi | 14 avril 2011

la droite, le centre, la gauche, ne peut on pas parler juste d'un parti politique pour le peuple de toute façon nous sommes dans une économie globalisée et que les actions économiques se font dans un monde totalement libéral, alors ....

Écrit par : philippe | 18 avril 2011

""La diversité historique de la droite française ne pouvait pas disparaître avec la création de l’UMP. Celle-ci devait donc faire vivre, organiser et canaliser cette diversité, poursuit Gérard Grunberg. Sa direction n’a pas su ou voulu le faire." Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy, ses deux présidents successifs, n'ont en effet jamais appliqué les statuts du parti, qui prévoient bien la reconnaissance de courants internes (appelés "mouvements") avec vote des adhérents et financement propre."

Très intéressant, mais on pourrait se demander pourquoi ? pourquoi tout le monde à l'UMP était d'accord pour ces statuts, et ensuite d'accord pour ne pas faire vivre ces mouvements ?

Amha, dans la structure clanique de la droite française (ou japonaise, ou …), réfléchir, c'est déjà désobéir.

Écrit par : FrédéricLN | 20 avril 2011

Les commentaires sont fermés.