03 février 2014

Quel prolongement politique pour La Manif pour Tous?

Le retour dans la rue de La Manif pour Tous (Ludovine de la Rochère, Albéric Dumont), ce dimanche 2 février, a été un succès malgré un contexte moins favorable que celui de la mobilisation contre un texte de loi précis (plus de 100 000 personnes à Paris et Lyon).

Je l'avoue: je ne m'y attendais pas. D'autant plus que La Manif pour Tous s'est coupée de son aile droite (favorable à des actions illégales mais non violentes: Le Printemps français de Béatrice Bourges) et de son aile gauche (favorable à l'union civile et à l'adoption non plénière homosexuelles: L'Avenir pour Tous de Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng).

 

Dès lors, sur quel prolongement politique peut déboucher La Manif pour Tous? Trois scenarii sont possibles:

- Le "Tea Party" à la française. Il s'agirait de copier sur la forme (mais pas forcément sur le fond, même si le "Taxed Enough Already" libertarien pourrait être transposé à la fiscalité familiale) le mouvement du "Tea Party" aux États-Unis d'Amérique. Il s'agirait donc de la transformation en un groupe de pression politique qui, concrètement, pourrait par exemple noter ou labelliser les candidats des différents partis aux élections.

- La récupération par l'UMP. Cette option serait délicate car toute l'UMP n'est pas sur la ligne de La Manif pour Tous. Un club associé à l'UMP incarne malgré tout déjà cette tendance en interne (Sens Commun: Sébastien Pilard, Madeleine Bazin de Jessey).

- La transformation en parti politique. Cette option serait également délicate car ce créneau électoral est déjà occupé par le Parti chrétien démocrate (PCD) et par les listes "Force Vie" aux prochaines élections européennes (Christine Boutin, Antoine Renard, Jean-Claude Martinez). Reste à savoir combien pèserait en France ce courant chrétien conservateur, politiquement représenté dans d'autres États européens: Slovaquie (de larges secteurs du Kresťanskodemokratické Hnutie), Pays-Bas (ChristenUnie, Staatkundig Gereformeerde Partij), Estonie (Erakond Eesti Kristlikud Demokraadid)...

Commentaires

Notons tout de même que, sur l'union civile, la Manif Pour Tous est partagée mais ne s'est pas prononcée. Il n'y a pas de mots d'ordre contre, ni de mots d'ordre pour. On pourrait en déduire que l'APT est avant tout une aventure personnelle…

Écrit par : Koz | 03 février 2014

Ah, tiens, je croyais que La Manif pour Tous était contre l'union civile homosexuelle! En revanche j'ajoute pour l'Avenir pour Tous l'adoption simple homosexuelle (je mets "adoption non plénière" car c'est davantage parlant).

Écrit par : Laurent de Boissieu | 03 février 2014

à mon sens, 1 à 2 % maximum. De quoi empecher de justesse le FN (peut-être) d'être en tête aux européennes (élections illusoires pour le FN, le plus important pour eux, ça devrait être les municipales).

Soit le score de boutin à la présidentielle.


PS : M. de Boissieu, je n'arrive à vous joindre ni sur twitter, ni sur facebook, accepteriez-vous de m'envoyer un mail via celui que j'ai inscrit dans les cases d'avant "écrire un commentaire" ? J'ai en effet un document qui pourrait vous intéresser.

Écrit par : Colbert | 04 février 2014

Je vous écris! (a priori rien vu passer en effet, ni sur Twitter ni sur Facebook, je viens de vérifier). Au passage: bravo pour votre carte des partis 1200-1794. C'est le type de projets que j'apprécie :)

Écrit par : Laurent de Boissieu | 05 février 2014

(trouvé un bref échange de courriels entre nous en 2011!)

Écrit par : Laurent de Boissieu | 05 février 2014

L'un des prolongements politique du succès de La Manif pour Tous est au moins d'empêcher ou de retarder les réformes sociétales du gouvernement. Cela permet aussi de reconstituer un clivage droite/gauche mis à mal par la cogestion de l'Europe néolibérale voire une éventuelle alternance en 2017.

Écrit par : cording | 06 février 2014

Sauf que je pense que la loi sur la famille a été reportée en raison avant tout des divisions de la gauche et du manque d'autorité politique d'un gouvernement qui craignait voir adopter contre son avis un amendement sur la PMA...

Écrit par : Laurent de Boissieu | 07 février 2014

Monsieur de Boissieu,

Pourriez-vous me renseigner sur un certain Charles LAMBEL qui a publié en 1887 un ouvrage intitulé : "Essai sur les réformes nécessaires, politique, religion, société".
Merci.

Écrit par : Internaute | 08 février 2014

Je vois moi aussi très mal comment l'UMP pourrait faire une "récupération" tant la ligne est fragmentée sur la question... et au sein même de l'électorat, au sein même des familles, pas tout le monde est d'accord sur la question !

Bref à part la tentation de s'opposer par principe (politique car on est dans l'opposition) je ne vois pas comment l'UMP pourrait récupérer sereinement quoique ce soit avec des élections municipales en ligne de mire.

Écrit par : Zach | 14 février 2014

De grâce... on ne peut pas suggérer de fonder un parti à chaque fois qu'un groupe va trouver consensus sur UNE idée... pour moi c'est déjà une aberration que le thème de l'écologie soit trop rattaché à EELV. C'est justement une des meilleures façons de phagocyter le concept... et en plus de n'être pas forcément crédible aux élections. Au delà du charisme politique, ou de l'ancienneté, je pense aussi que trop s'identifier à une seule idéologie de base est la meilleure façon de se limiter en termes de score électoral... bref je digresse mais c'était pour rebondir sur le dernier paragraphe.

Écrit par : Julie | 14 février 2014

@Zach. Nous sommes d'accord: "Cette option serait délicate car toute l'UMP n'est pas sur la ligne de La Manif pour Tous". Sauf justement à créer un courant interne visant à peser sur la ligne de l'UMP.

Écrit par : Laurent de Boissieu | 15 février 2014

@Julie. Je suis d'accord: les partis thématiques me dérangent également sur le principe. Mais le fait est que sans parti écologiste, les préoccupations écologistes seraient-elles présentes dans le débat politique?
C'est un peu l'idée du "Tea Party": groupe de pression qui n'est pas un parti politique mais qui tente d'orienter le débat politique vers ses positions.

Écrit par : Laurent de Boissieu | 15 février 2014

Les commentaires sont fermés.