20 novembre 2012

Des militants UMP beaucoup plus à droite que leurs parlementaires

La comparaison entre le parrainage des motions par les parlementaires d'une part, et le vote des adhérents sur ces mêmes motions d'autre part, révèle une véritable fracture politique entre l'UMP d'en haut et l'UMP d'en bas.

UMP-2012-motions.gif

La motion positionnée la plus à gauche du parti, "France Moderne et Humaniste" (Jean-Pierre Raffarin, Luc Chatel, Jean Leonetti), a reçu le parrainage de 39% des parlementaires ayant parrainé mais le vote de 18% des adhérents ayant voté.

À l'autre extrême, les deux motions les plus à droite ("La Droite populaire" de Thierry Mariani et "La Droite forte" de Guillaume Peltier) ont totalisé seulement 15% des parrainages de parlementaires contre 39% du vote des adhérents.

Bref, il existe un décalage idéologique entre les grands élus et la base de l'UMP, nettement plus à droite.

Commentaires

LBAI plus à gauche que LDS sur le graphique. Curieux.

Sinon, LDP, ça fait parti d'Allemagne de l'Est...

Écrit par : JS | 21 novembre 2012

est-ce qu'il n'est pas vrai pour tous les partis que la base est plus "extrémiste" que les cadres ?

Écrit par : adrien | 21 novembre 2012

JS: longue hésitation...
Des éléments pour l'inciter à modifier?

Écrit par : Laurent de Boissieu | 21 novembre 2012

adrien: non, les partis de centre ou centre-droit, du MRP au MoDem, ont une base généralement plus à gauche (centre gauche) que leurs dirigeants et élus (centre droit).

Écrit par : Laurent de Boissieu | 21 novembre 2012

Hors sujet, mais pourriez-vous m'indiquer un lien renvoyant à la composition sociologique de l'électorat des deux principaux candidats à l'élection présidentielle américaine de Novembre ? Je souhaiterai savoir si l'électorat évengéliste a plutôt voté Obama ou Romney ? Merci

Écrit par : L'indépendant | 21 novembre 2012

On peut aussi faire l'hypothèse que la culture militante n'est plus aussi diffusée qu'il fut un temps chez les militants eux-mêmes, et donc que le succès de LDS et de LDF proviennent pour la première de la mise en avant d'une personnalité (courant "fan-club" de Laurent Wauquiez ?) et pour la seconde du "buzz" médiatique permanent, tandis que LDP était handicapée par une image ringardisée et que les autres, assez absentes médiatiquement, en ont été pénalisées, quand bien même certaines (FMH et GEM) sont les héritières des courants fondateurs du parti.

Écrit par : Brath-z | 23 novembre 2012

Quand on voit que les passerelles idéologiques se font plus entre l'extrême gauche et l'extrême droite, on est en droit de se demander ce que ce clivage gauche modérée / droite modérée veut encore bien pouvoir dire...
Le clivage est plutôt à mon sens: protectionniste ou pas, souverainiste ou non, interventionniste ou non, bref libéral ou étatiste.

Écrit par : agence web paris | 29 novembre 2012

en théorie, c'est vrai, agence web paris (?). Mais la réalité, c'est que si on retrouve un second tour PS vs FN ou PC vs UMP, les électeurs UMP du premier cas votent à 80% pour le candidat FN ; les électeurs PS du second cas votent à 95 % PC.

La division droite-gauche reste donc la summa divisio.

Écrit par : Colbert | 04 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.