Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2017

Sisyphe ou la dédiabolisation du FN

sisyphe.jpg

Comme tout journaliste qui couvre le FN, je les connais bien. Je pense même qu'ils sont sincères, ces "nationaux-républicains", dont Florian Philippot est le héraut, qui estiment qu'aujourd'hui Marine Le Pen est la seule à porter les idées souverainistes et colbertistes abandonnées - ce qui est incontestable - par la grande masse des héritiers du gaullisme.

Mais vouloir sortir de l'extrême droite un parti enraciné à l'extrême droite n'est pas chose aisée.

Qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen ambitionne de former un "large rassemblement des patriotes", qui pourrait rassembler des gaullistes (Nicolas Dupont-Aignan, Henri Guaino), des chevènementistes et certains mélenchonistes.
Dans cette perspective, elle a démissionné de la présidence du parti d'extrême droite. Ce poste est statutairement passé par intérim au premier vice-président, Jean-François Jalkh.

Né en 1957, l'intéressé est l'un des derniers frontistes "historiques" encore présents dans l'organigramme... puisqu'il a adhéré au Front national de la jeunesse en septembre 1974!
À une époque où le FNJ était structuré par des nationalistes révolutionnaires flirtant avec la mouvance néo-nazie. Mais Jean-François Jalkh, lui, ne sera ensuite pas proche de l'aile dure de ce courant (qui quittera le FN entre 1978 et 1981) mais de son aile "solidariste", moins radicale et représentée par Jean-Pierre Stirbois (la séparation stricte entre ces deux ailes s'opère entre 1975 et 1979).

La personnalité de Jean-François Jalkh vient donc rappeler au plus mauvais moment pour Marine Le Pen son enracinement à l'extrême droite.
Rien de surprenant, en effet, de retrouver une brève mentionnant sa participation à une "commémoration de la mort du maréchal Pétain", en 1991 (1):

JFJPETAIN.png

Plus surprenant, j'ai retrouvé cet article de 2005 (2) où le nouveau président par intérim du FN n'hésite pas à vanter "le sérieux", "la rigueur" et "l'argumentation" des négationnistes en citant Robert Faurisson: [N.B.: au téléphone, Jean-François Jalkh a démenti auprès de moi avoir à la fois tenu de tels propos et répondu aux questions de Magali Boumaza (3)]

ARTICLE1.jpg

ARTICLE2.jpg

(1) À noter une erreur dans l'article: Bernard Tissier de Mallerais n'est pas "traditionaliste" mais intégriste, c'est-à-dire schismatique de l'Église catholique.

(2) Revue Le Temps des savoirs, numéro 7, "La Création", Odile Jacob, mars 2005.
La copie d'écran vient du site @rrêt sur images, n'étant pas techniquement parvenu à en réaliser une de l'ensemble de l'extrait.

(3) Auteure en 2002 d'une thèse sur Le FN et les jeunes de 1972 à nos jours: hétérodoxie d'un engagement partisan juvénile (pratiques, socialisations, carrières militantes et politiques à partir d'observations directes et d'entretiens semi-directifs).

 

 

Commentaires

Bonjour,

j'ai l'habitude de vous entendre dans "face aux chrétiens". Et je tombe sur une info qui est celle de cet article. En premier je me dis "quel journaliste de BFM ou du monde (on pourrait en dire plein d'autres) a été chercher un truc aussi peu pertinent?" et bah non, râté, un gas de La croix.
Si ce n'est pas pour faire dans l'émotion et dans le buzz, je me demande pourquoi c'est fait car effectivement ça a été repris par les médias, c'est comme donner une entrecôte à un groupe de lions... 2 choses :
- Aller chercher un truc sur cet homme qui était inconnu à ce jour et qui n'a aucun lien publique avec la campagne n'est pas pertinent.
- Ce monsieur qui pense qu'un gaz, qui je vous l'accorde n'est pas anodin, met beaucoup de temps à se volatiliser dans l'air mérite-t-il un tweet avec 3 points d'exclamation à la fin ? Je sais que sur ce sujet vous n'avez pas le droit mais il serait bien que vous fassiez le travail de journalisme jusqu'au bout.

Si je dis par exemple (en l’occurrence n'importe quoi) que les terroristes du Bataclan ne semblent pas avoir usé d'armes automatiques car un point technique me mettrait un énorme doute. Mériterais-je d'être traité de fasciste ? Aurais-je remis en cause ces morts ?

[N.B.: j'ai supprimé le procès d'intention, insultant pour moi, figurant dans cette partie du commentaire]

Cordialement.

Écrit par : vincent | 26 avril 2017

Bonjour.

Vous écrivez: "Aller chercher un truc sur cet homme qui était inconnu à ce jour et qui n'a aucun lien publique avec la campagne n'est pas pertinent".

Je vous réponds:
-> Jean-François Jalkh, benjamin du groupe des députés FN en 1986, parlementaire européen et membre du comité stratégique de campagne de Marine Le Pen, jusqu'à présent premier vice-président du FN, semble en effet inconnu pour ceux qui suivent la vie politique depuis peu de temps, mais absolument pas pour ceux qui travaillent sur le FN depuis longtemps.
-> il s'agit, excusez du peu, du nouveau président du FN, même si c'est par intérim; c'est bien parce que Marine Le Pen a démissionné de la présidence du FN en raison de sa candidature au second tour de l'élection présidentielle qu'elle a, elle-même, braqué les projecteurs sur Jean-François Jalkh.

Cordialement.

Écrit par : Laurent de Boissieu | 27 avril 2017

Bonjour,

Merci d'avoir mis au clair les positions idéologiques. Il est tout à pertinent de savoir les croyances des individus en position de prendre contrôle d'un appareil d'état Il faut agir pour écarter rapidement ces personnes dans la mesure où leur présence au pouvoir risque d'engendrer une crise sinon une guerre civile.

merci encore de vos efforts

Écrit par : historinquiet | 27 avril 2017

Ils sont sans doute sincères, comme vous le dites, ceux qui y portent les idées souverainistes et colbertistes, mais dans ce cas cela montre qu'ils sont aussi peu sérieux.
Comment ont-ils pu à ce point se tirer une balle dans le pied en nommant un personnage aussi facile à contester, alors qu'ils essaient de se dédiaboliser ? Ce sont vraiment des amateurs.

Les idées souverainistes et colbertistes sont souhaitées par des millions de gens, et ceux qui les défendent dans ce parti sont aussi l'objet de l'attention internationale puisqu'ils ont passé le premier tour. Et ils ne trouvent rien de mieux à faire que cela.
C'est désespérant de bêtise, alors que le temps presse pour définir une offre politique raisonnable sur les thèmes souverainistes et colbertistes, qui répondent à l'évidence à une demande et sont majoritaires à droite (car communs à la "droite critique" de votre typologie et au FN).

Il faut aussi, sans doute, analyser l'article ; sur l'extrait fourni, on a l'impression d'une tentative de dire : il y a eu des gens qui pensaient cela au FN, mais c'est parce que les propos tenus leurs semblaient sérieux. Donc Jalkh semble plutôt ne pas les reprendre à son compte et tenter de dédiaboliser leur positions passées.
Mais il est évident qu'ils n'auraient pas dû mettre en avant ce personnage, s'ils étaient compétents, puisque leur volonté de dédiabolisation est sans doute réelle.

Écrit par : en passant | 28 avril 2017

Une réflexion, à l'occasion de ce qui est devenu la "polémique Jalkh" : pourquoi toujours rapprocher les principes actuels du FN des thèses nazies, et ne jamais chercher des points communs avec le Franquisme ou le fascisme italien, ou autres régimes autoritaires européens ? Il me semble que cela correspondrait mieux aux idées d'un grand nombre d'adhérents de ce mouvement.

Écrit par : Lauredissy | 01 mai 2017

Les commentaires sont fermés.