Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 octobre 2010

Radioscopie des droites européennes

La Fondation pour l'innovation politique (Fondapol), qui a pour directeur général le politologue Dominique Reynié, s'est lancée dans une passionnante entreprise d'état des lieux des droites européennes en sollicitant l'expertise d'analystes des États concernés. Après la Grande-Bretagne (avril 2010), l'Italie (juillet), la Suède et le Danemark (juillet) puis la Pologne (août), Joan Marcet – directeur de l'Institut de Ciències Polítiques i Socials rattaché à l'Université autonome de Barcelone – se demande en octobre où en est la droite en Espagne (1).

L'auteur étudie les origines, l'organisation, les réseaux et l'idéologie de la droite espagnole, aujourd'hui rassemblée au sein du Partido Popular. "Par ses options stratégiques, par ses aspects idéologiques ou programmatiques, la droite espagnole diffère peu de ses homologues européennes", conclut Joan Marcet. Il n'en reste pas moins qu'au fil des pages se dessine une droite dont "les contradictions et les ambiguïtés (…) trouvent probablement leur cause dans l'histoire complexe de la droite espagnole, qui a dû s'adapter, sans l'intégrer à son corpus idéologique, à la modernisation démocratique et institutionnelle de l'Espagne".

À travers ces publications, la Fondation pour l'innovation politique – qui se définit comme "libérale, progressiste et européenne" – dote la droite française de gouvernement du même outillage idéologique que le PS avec la Fondation Jean-Jaurès. Un espace jusque-là vacant, puisque la Fondation Robert-Schuman, au centre droit, concentre ses activités sur la seule construction européenne. Quelles que soient ses opinions, tout citoyen intéressé par le débat d'idées ne peut que s'en réjouir.

 

Laurent de Boissieu
La Croix, 22 octobre 2010

 

(1) Où en est la droite ? L'Espagne. Note de la Fondation pour l'innovation politique, octobre 2010, 3 €, 33 pages
Les notes sont également téléchargeables gratuitement sur le site de la Fondapol : http://www.fondapol.org

11 octobre 2010

Radioscopie des députés UMP (1/2)

Les débats autour du "bouclier fiscal" et du projet de loi "relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité" rappellent que l'UMP est un parti idéologiquement hétérogène.

Contrairement à une idée de plus en plus répandue, la création en 2002 de l'UMP ne correspondait en effet pas à une mythique "réunification des droites" mais à la fusion inédite de familles politiques historiquement distinctes.

Je vous propose donc pour iPolitique.fr une étude sur les clivages et les rapports de force actuels au sein du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Pour réaliser ce travail inédit, j'ai classé chaque député UMP en fonction d'une trentaine de paramètres regroupés en trois catégories: appartenance actuelle ou passée à un parti ou à un club; votes à l'Assemblée nationale; signatures de propositions de loi ou d'amendements.

Sur 314 membres du groupe UMP, 83 députés (26%) ne se signalent par aucune prise de position les démarquant de leurs collègues et en forment en quelque sorte le "marais".

 

Cette étude sera publiée en deux temps:

I. Radioscopie des députés UMP

II. RPR, DL, UDF: que sont-ils devenus?

 

I. Radioscopie des députés UMP

 

A. Origine partisane des députés UMP

gumpo2010.gif

gumpo2002.gif

Les députés UMP restent majoritairement issus du RPR (52% contre 58% en 2002). La différence la plus frappante par rapport au lendemain des élections législatives de 2002 est le nombre de députés que je ne rattache à aucun des trois grands partis (5% en 2002, 15% aujourd'hui). C'est la signe de l'émergence d'une "génération UMP", soit qui ne détenait pas de mandat significatif avant 2002, soit entrée en politique depuis la création de l'UMP. Dans cette catégorie, les femmes (progression de la parité) et les suppléants de députés (membres du gouvernement ou décédés) sont surreprésentés.

 

B. Les trois grands courants

gump3.gif

Trois grands courants structurés sont censés correspondre idéologiquement aux trois grandes familles politiques qui ont convergé - totalement ou partiellement - dans l'UMP:

  • Les Réformateurs (REF) pour les libéraux (Hervé Novelli, Gérard Longuet): 99 députés dont 66 "purs" (c'est-à-dire n'adhérant pas à un autre courant).
  • Les "centristes de l'UMP" (CENT: Pierre Méhaignerie, Marc-Philippe Daubresse): 61 députés dont 41 "purs". On peut en outre ajouter 11 députés membres du Parti radical valoisien ou du Parti chrétien-démocrate qui ne participent pas parallèlement aux "centristes de l'UMP".
  • Le Chêne pour les néogaullistes (Michèle Alliot-Marie): 46 députés dont 27 "purs". Le Chêne ne détient toutefois pas le monopole de l'étiquette gaulliste dans la mouvance de l'UMP: au total, 62 députés UMP adhèrent à au moins une structure d'inspiration gaulliste (Le Chêne, Union des Démocrates pour le Progrès, République Solidaire, Club Nouveau Siècle).

Il existe une forte porosité entre ces courants, particulièrement des libéraux aussi bien avec les "centristes de l'UMP" (17 députés adhèrent aux deux courants) qu'avec les néogaullistes du Chêne (16 députés adhèrent aux deux).

 

Au-delà de cette participation à tel ou tel courant, j'ai retenu deux champs de fracture au sein des députés UMP:
- le clivage sociaux versus libéraux
- le clivage autoritaires versus libéraux

 

C. Le clivage sociaux vs libéraux

gumpsl.gif

L'égalité est presque parfaite entre les "libéraux" (79 députés) et les "sociaux" (72 députés). Sans surprise, les "libéraux" sont majoritairement issus de Démocratie libérale (52%), tandis que les ex-UDF forment le principal contingent des "sociaux" (46%), devant les ex-RPR (39%).

Les "inclassables" sont des députés qui se rattachent tantôt aux "libéraux" tantôt aux "sociaux". Ils se distinguent donc du "marais", formé par les députés qui se signalent par aucune prise de position particulière.

 

D. Le clivage autoritaires vs libéraux

gumpal.gif

Il n'est pas inintéressant de constater, même si c'est toujours le "marais" qui fait pencher la balance d'un côté ou de l'autre, que le noyau dur des "libéraux" (121 députés) est plus nombreux que le noyau dur des "autoritaires" (83 députés). Sans surprise, les "autoritaires" sont très majoritairement issus du RPR (63%).

 

E. Les 4 familles de l'UMP

gump4.gif

En croisant ces deux clivages, nous pouvons identifier quatre familles "pures" au sein du groupe UMP:

  • les libéraux/autoritaires (LI+A): 28 députés
  • les libéraux/libéraux (LI+LI): 43 députés
  • les sociaux/libéraux (SO+LI): 50 députés
  • les sociaux/autoritaires (SO+A): 10 députés

 

 

Radioscopie des députés UMP (2/2) : RPR, DL, UDF: que sont-ils devenus?

09 octobre 2010

Le Nouveau Centre pris en flagrant délit de contradiction

Le conseil national du Nouveau Centre a adopté ce samedi, "à l'unanimité", une motion intitulée "Le choix du centre en 2012".

Magnifique ! Toutes les contradictions que je mettais en avant dans ma note intitulée Hervé Morin veut incarner un centre de droite y figurent :

- tantôt l'aveu d'un positionnement à droite et non au centre : "Il y a trois ans, nous nous sommes fixés tous ensemble l'objectif de reconstruire le grand parti de centre-droit qui manquait à notre pays", "Depuis la candidature de Jean Lecanuet en 1965, la diversité de candidatures a toujours un formidable atout pour le centre-droit et la droite"...

- tantôt la revendication - donc paradoxale et contradictoire - d'un positionnement centriste : "Pour nous, la question des alliances de second tour est claire et déjà tranchée : les alliés du centre sont à droite"...

 

Afin de ne pas répéter encore ce que je répète inlassablement depuis des années, voici un extrait du disours de clôture de François Bayrou lors de la dernière université de rentrée du MoDem, qui rejoint ma pensée :

"(...) Aujourd'hui, les vocations de "centre" se multiplient (...) Vous vous souvenez, ceux qui (...) ne juraient que par le "centre-droit", manière que l'adjectif démente le substantif, que l'adjectif dise le contraire du nom. Puisque si vous êtes centre, c'est que vous n'acceptez pas que le monde se résume à la lutte droite contre gauche. Donc quand vous dites centre-droit (...) : dans le nom "centre" vous dites non au bipartisme, et dans l'adjectif "droit" vous dites oui ! Dans le nom vous résistez, et dans l'adjectif vous signez la capitulation !"

François Bayrou sait d'ailleurs de quoi il parle puisque, avant la création du MoDem, tout ce qu'il dénonce aujourd'hui à propos du Nouveau Centre d'Hervé Morin était valable pour l'UDF ...de François Bayrou !

06 octobre 2010

Les villepinistes espèrent toujours former un groupe à l'Assemblée nationale

C'est un échec politique pour Dominique de Villepin. Alors que vient de s'ouvrir cette semaine la session parlementaire 2010-2011, les députés villepinistes ne sont finalement pas parvenus à trouver suffisamment d'alliés pour former un nouveau groupe. Depuis mai 2009, il suffit pourtant de réunir quinze membres sur un total de 577 députés. Or, si un groupe peut se constituer à tout moment, il lui faut en revanche impérativement exister au début de la session s'il veut bénéficier des droits spécifiques aux groupes d'opposition ou minoritaires et être représenté dans les organes de l'Assemblée nationale. C'est donc raté pour cette session, voire pour la législature. Qu'à cela ne tienne : les villepinistes ne renoncent pas. "Le besoin d'expression libre et indépendante des républicains sociaux se consolide de jour en jour, expose sereinement Marie-Anne Montchamp. Il faut le temps que chacun fasse son chemin, mais je suis absolument certaine que nous y arriverons."

La constitution de ce nouveau groupe se heurte pour l'instant à deux écueils. Le premier est interne : combien d'élus villepinistes sont vraiment prêts à rompre avec le groupe UMP ? Huit députés UMP adhèrent au parti de Dominique de Villepin, République solidaire, auxquels s'ajoute le non-inscrit Daniel Garrigue. Or, sur la réforme des retraites, sept villepinistes se sont abstenus (Marc Bernier, Daniel Garrigue, François Goulard, Jean-Pierre Grand, Jacques Le Guen, Marie-Anne Montchamp et Jean Ueberschlag), tandis que deux autres (Guy Geoffroy et Michel Raison) votaient pour.

Le second écueil est externe : avec qui s'allier pour atteindre le seuil de quinze membres ? Les villepinistes possèdent comme allié naturel le parti gaulliste Debout la République, qui compte deux députés : Nicolas Dupont-Aignan et François-Xavier Villain. Marie-Anne Montchamp avance en outre une "compatibilité" avec l'unique député et président du CNI, Gilles Bourdouleix. Mais ce dernier n'est aujourd'hui "pas prêt à franchir le Rubicon". Un autre député pourrait compléter le dispositif : le "gaulliste social de centre droit" Philippe Folliot (apparenté au groupe Nouveau Centre et porte-parole de l'Alliance centriste). Enfin, quelque huit députés sociaux du groupe UMP, gaullistes ou démocrates-chrétiens, seraient potentiellement intéressés… mais souhaitent attendre et conserver pour l'instant leur anonymat. Tout au moins "jusqu'au remaniement ministériel", confie l'un d'eux. En clair : tout dépendra de l'orientation, plus ou moins sociale, du futur premier ministre.

Cet été, les villepinistes avaient même proposé, non sans débats internes, une alliance technique avec les trois élus du MoDem. Mais François Bayrou - qui aurait également pu renouer à cette occasion avec le député Nouveau Centre Nicolas Perruchot - avait posé comme condition une rupture totale avec l'UMP, aussi bien avec le groupe parlementaire qu'avec le parti. Une condition irrecevable alors que Dominique de Villepin, en tant qu'ancien premier ministre encarté, est lui-même actuellement membre du bureau politique de l'UMP.

 

Laurent de Boissieu
La Croix, 6 octobre 2010

21 septembre 2010

Hervé Morin veut incarner un centre de droite

Les "journées parlementaires du centre" se sont ouvertes lundi soir, à Nice, autour des députés du Nouveau centre et des sénateurs de l'Union centriste. L'enjeu est double : peser davantage au sein de la majorité et préparer la prochaine élection présidentielle. "Il y aura un candidat centriste en 2012", affirme à ce sujet Hervé Morin, ministre de la défense et président du Nouveau centre.

Reste à savoir si Hervé Morin est susceptible ou non d'être ce candidat. "Je suis étonné qu'il se soit cru obligé de mettre le mot centre dans le nom de son parti, comme si c'était une caution", raille avec scepticisme Marc Fesneau, secrétaire général du MoDem de François Bayrou. Alors, Hervé Morin, centriste ou pas centriste ? Enquête à partir des deux définitions du centre.

La première définition du centre est géométrique : c'est l'existence d'une troisième voie à équidistance de la droite et de la gauche. "Si le candidat du centre n'est pas qualifié au second tour de la présidentielle, il doit chercher à conclure une alliance de gouvernement aussi bien avec le candidat de la droite qu'avec celui de la gauche", avance Jean Arthuis, président de l'Alliance centriste.

"Quand on est un parti du centre, on est associé à un parti de droite", tranche au contraire Hervé Morin. Ce que ce denier rejette, ce n'est donc pas la bipolarisation droite-gauche, mais c'est au sein de cette bipolarisation le "parti unique à droite". Ce qui revient implicitement à reconnaître son appartenance à la droite et …non au centre ! À l'exemple de sa profession de foi pour la présidence de son parti, en juin dernier, où il écrivait que "la famille centriste n'est pas située nulle part, elle n'est pas à géométrie variable, elle est à droite". L'intéressé emploie en outre indifféremment les termes de "centre" et de "centre droit", quand il ne déclare pas simplement que "le centre, c'est le centre droit".

La seconde définition du centre est idéologique et renvoie aux grandes familles politiques. Issu du Parti républicain (ancienne composante de l'UDF (1)), Hervé Morin se rattache au courant libéral ou modéré (2). Or, cette famille est à droite depuis le milieu du XXe siècle. Lors d'un rare colloque universitaire consacré à cette famille, l'historien René Rémond expliquait en 1998 que "si les modérés sont indubitablement à droite, ils ne renient pas leur identité propre : ils se définissent toujours par le rejet des extrêmes". Conformément à la doctrine du "juste milieu", développée au milieu du XIXe siècle par l'orléaniste libéral Guizot.

"Je n'aime pas les excès", répond précisément Hervé Morin, interrogé dans le cadre de cette enquête sur ce qui fonde sa revendication de l'étiquette centriste. Une analyse de ses discours montre bien cette récurrence des valeurs appartenant au champ lexical de la famille libérale ou modérée : "équilibre" de la société et des pouvoirs (cher à Tocqueville), "responsabilité individuelle", "liberté d'entreprise", "société apaisée", "modération", "tempérance" ou encore "bonne gouvernance".

Le libéralisme d'Hervé Morin n'est toutefois pas seulement économique et politique, il est également sociétal. Cet ancien proche de François Léotard évoque en effet dans ses discours un "humanisme moderne" en se référant au septennat de Valéry Giscard d'Estaing (droit de vote à 18 ans, légalisation de l'avortement, divorce par consentement mutuel, etc.). À titre personnel, le ministre de la défense s'est du reste déjà déclaré favorable à l'adoption par les couples homosexuels.

Finalement, ce qu'Hervé Morin défend, ce n'est pas une troisième voie centriste, c'est un second choix à droite, en concurrence avec Nicolas Sarkozy. "Il y a toujours eu deux droites en France", argumente le maire d'Épaignes (Haute-Normandie) en opposant "les bonapartistes et les orléanistes", "le RPR et l'UDF" puis "l'UMP et le Nouveau centre".

Un raccourci historique qui fait l'impasse sur l'éclatement des familles politiques à l'origine de l'UDF giscardienne (3). Les libéraux sont ainsi actuellement autant représentés à l'UMP (Hervé Novelli, Gérard Longuet) qu'au Nouveau centre (Hervé Morin, François Sauvadet). Tandis que Pierre Méhaignerie, démocrate chrétien de l'UMP, constate que jusqu'à présent ses amendements budgétaires visant davantage de justice fiscale étaient "soutenus par des gaullistes sociaux de l'UMP mais par seulement un tiers des députés du Nouveau centre". Aujourd'hui, ces journées parlementaires sont d'ailleurs prudemment consacrées à un thème de travail consensuel entre libéraux et démocrates-chrétiens : l'Europe fédérale.

 

Laurent de Boissieu
La Croix, 21 septembre 2010

 

(1) Dans son discours de clôture des universités d'été des jeunes du Nouveau centre, le 29 août dernier, Hervé Morin évoquait ainsi ses propres souvenirs d'universités d'été en citant les nom de Gérard Longuet, Philippe de Villiers, Alain Madelin, Gilles de Robien et François Léotard; autant de noms qu'il n'est pas forcément évident de rattacher au centre.

(2) Le 14 septembre dernier, Hervé Morin a visité la fédération Nouveau centre des Bouches-du-Rhône; en réunion publique à Cabriès-Calas, son président, Bruno Genzana, s'est ainsi réclamé du "courant que représentait l'UDF, celui de la droite modérée".

(3) Principalement les libéraux et les démocrates-chrétiens, ainsi que ceux des radicaux et des sociaux-démocrates qui avaient refusé au début des années soixante-dix de signer le programme commun avec le PCF.