Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2011

L'UMP n'est pas parvenue à unifier la droite française

politique,droite,ump,parti radical,jean-louis borloo


La décisions de Dominique de Villepin de ne pas renouveler son adhésion à l'UMP, puis celle de Jean-Louis Borloo de quitter le parti majoritaire, semblent annoncer un retour du pluralisme partisan à droite. L'ancien premier ministre chiraquien a créé l'année dernière son propre mouvement, République solidaire, et présentera jeudi son "projet pour une politique alternative". Tandis que le Parti radical, dont Jean-Louis Borloo est le président, devrait décider, lors de son 111e congrès, les 14 et 15 mai prochains, son départ en bloc de l'UMP.

La fondation de l'Union pour la majorité présidentielle puis de l'Union pour un mouvement populaire, en 2002, était pourtant le fruit d'une grande ambition: réunir au sein d'une formation unifiée toute la droite française, avec un candidat unique lors de l'élection présidentielle. Objectif presque atteint, puisque, depuis, le groupe UMP à l'Assemblée nationale réunit la quasi-totalité des députés de droite. Seuls sont restés en dehors les élus UDF en 2002, puis Nouveau centre en 2007, de même que ceux du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers.

Les éventuelles candidatures à la prochaine présidentielle de Dominique de Villepin et de Jean-Louis Borloo pourraient toutefois changer la donne en remettant en cause l'hégémonie, à droite, de l'UMP et de son candidat. Dès ce mardi, Pascal Vilain, président de la fédération du Loiret du Parti radical, a ainsi lancé, à Orléans, le premier comité de soutien à la candidature de Jean-Louis Borloo.

Au-delà du Parti radical, l'idée de Jean-Louis Borloo est de constituer une "alliance républicaine, écologiste et sociale" avec les autres composantes de "l'aile humaniste" de la majorité de droite, notamment le Nouveau centre d'Hervé Morin et la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel.

"Il s'agirait, d'une certaine façon, de recréer l'UDF et de faire à nouveau marcher la droite sur deux jambes", décrypte le politologue Gérard Grunberg dans une note pour le groupe de réflexion Telos. Entre 1978 et 1998, la droite française était en effet partagée entre le RPR, néogaulliste et chiraquien, et l'UDF, union de ses sensibilités libérale, démocrate-chrétienne et radicale.

Or, la création de l'UMP fut la conséquence de l'effacement des antagonismes idéologiques entre les deux partenaires, étant donné le ralliement de la majorité du RPR aux idées libérale, européiste et décentralisatrice de l'UDF. Mais, aujourd'hui, l'insistance de Nicolas Sarkozy sur les thématiques d'identité, d'immigration et de sécurité a fait renaître un clivage à droite, Jean-Louis Borloo allant jusqu'à affirmer dans le contexte des élections cantonales qu'il y avait désormais "deux majorités présidentielles".

"La diversité historique de la droite française ne pouvait pas disparaître avec la création de l’UMP. Celle-ci devait donc faire vivre, organiser et canaliser cette diversité, poursuit Gérard Grunberg. Sa direction n’a pas su ou voulu le faire." Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy, ses deux présidents successifs, n'ont en effet jamais appliqué les statuts du parti, qui prévoient bien la reconnaissance de courants internes (appelés "mouvements") avec vote des adhérents et financement propre.

Reste à savoir jusqu'où la prise d'indépendance de Jean-Louis Borloo pourra ébranler l'UMP. Les ex-UDF non radicaux (Pierre Méhaignerie, Marc-Philippe Daubresse) devaient en effet se réunir ce mardi afin de réaffirmer leur appartenance au parti majoritaire, tout au moins jusqu'aux législatives. Et, au sein même du Parti radical, un député pourtant favorable à la candidature de Jean-Louis Borloo estime que pas plus de "cinq ou six" de ses collègues (sur vingt au total) souhaitent véritablement rompre avec l'UMP…

Laurent de Boissieu
La Croix, 12/04/2011 (version légèrement modifiée)

08 avril 2011

Les questions auxquelles Jean-Louis Borloo ne répond pas

photo Michel Soudais

 

Comme prévu, Jean-Louis Borloo, président du Parti radical "valoisien", a annoncé jeudi, lors de l'émission "À vous de juger", sur France 2, qu'il quittait "évidemment" l'UMP afin de constituer une "alliance républicaine, écologiste et sociale". L'ancien ministre d'État ne faisait déjà plus partie de l'équipe dirigeante du parti majoritaire et ne siège à l'Assemblée nationale qu'en tant qu'apparenté au groupe UMP. Le Parti radical dans son ensemble décidera lors d'un congrès, les 14 et 15 mai prochains, de son maintien ou non au sein de l'UMP.

Mais plusieurs questions essentielles demeurent sans réponse.

 

1. Quel positionnement?

Jean-Louis Borloo est actuellement sur une ligne contradictoire:

- d'un côté, il se positionne à droite lorsqu'il parle d'organiser "l'aile sociale, l'aile humaniste" de la majorité de droite

- de l'autre, il se positionne au centre lorsqu'il parle d'incarner "une alternative au PS et une alternative à l'UMP"

Bref, le président du Parti radical devra choisir entre faire du Bayrou 2002 (un second choix à droite) ou du Bayrou 2007 (un autre choix ni de droite ni de gauche).

 

2. Quel financement?

Le Parti radical ne bénéficie pas directement du financement public, puisqu'il n'a pas en tant que tel présenté de candidats aux élections législatives de 2007.

En réalité, cela fait bien longtemps que les radicaux "valoisiens" ne sont pas partis au combat électoral sous leur propre étiquette. D'une part, aucun radical de droite n'a été candidat à l'élection présidentielle au suffrage universel direct: une candidature de Jean-Louis Borloo serait une première. D'autre part, le Parti radical participe à des superstructures successives depuis les législatives de 1967:
- Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste (FGDS) en 1967 et 1968 (à gauche)
- Mouvement Réformateurs en 1973 (au centre)
- UDF de 1978 à 2002 puis UMP (à droite)

Ce constat vaut pour toutes les autres composantes éventuelles de cette "alliance républicaine, écologiste et sociale": aucune ne bénéficie directement du financement public. La seule solution consiste donc à se rattacher à un parti qui, lui, en bénéficie, comme c'est le cas actuellement du Nouveau Centre d'Hervé Morin avec le Fetia Api.

 

3 . Quelles troupes?

Nul ne sait combien de députés radicaux vont suivre Jean-Louis Borloo et quitter l'UMP. Pas plus de "cinq ou six députés" (sur vingt au total) m'affirmait, sous couvert d'anonymat, l'un d'eux dans un article publié jeudi dans La Croix.

Un subterfuge consisterait à laisser volontairement planer le flou. Soit, à l'exemple de République Solidaire de Dominique de Villepin, en autorisant la double appartenance (mais cela constituerait une violation des statuts de l'UMP). Soit en décidant que le Parti radical quitte l'UMP mais que ses députés restent membres du groupe parlementaire UMP (la logique voudrait toutefois qu'au moins ils s'y apparentent comme Jean-Louis Borloo). Quoi qu'il en soit, les députés, attentifs aux investitures et soutiens pour les législatives, constituent toujours le maillon faible des partis politiques (Jean-Louis Borloo pourrait sonder François Bayrou à ce sujet!).

 

*
**

Alliance Républicaine


Cette dénomination a déjà été utilisée par le passé:

- Alliance Républicaine Démocratique (ARD): principal parti libéral sous la IIIe République (avec Armand Fallières, Raymond Poincaré, Paul Deschanel, Louis Barthou, André Tardieu, Georges Leygues, Pierre-Étienne Flandin, Paul Reynaud, Albert Lebrun...)

- Alliance Républicaine pour les Libertés et le Progrès (ARLP): créée en janvier 1966 par Jean-Louis Tixier-Vignancour à partir des Comités Tixier-Vignancour de la présidentielle de 1965.

- Alliance Républicaine Indépendante et Libérale (ARIL): scission en 1971 de l'ARLP.

23 mars 2011

Les 20 meilleurs scores départementaux de l'UMP aux élections cantonales

Moyenne nationale : 16,97%

ALPES MARITIMES (06) 34,05
DOUBS (25) 33,90
YVELINES (78) 33,61
SARTHE (72) 30,94
BAS RHIN (67) 30,42
MORBIHAN (56) 28,26
CHARENTE (16) 28,07
VAR (83) 27,77
TERRITOIRE DE BELFORT (90) 27,72
VAL D'OISE (95) 27,32
CANTAL (15) 27,11
HAUTS DE SEINE (92) 26,93
AUBE (10) 26,17
HAUTE SAONE (70) 26,14
LOT ET GARONNE (47) 25,88
EURE ET LOIR (28) 24,32
OISE (60) 23,61
JURA (39) 23,49
SAONE ET LOIRE (71) 23,38
HAUT RHIN (68) 22,57

N.B.: 33,36% à Mayotte

Tous droits réservés Laurent de Boissieu

10 mars 2011

D'une présidentielle l'autre [Ifop]

Il m'a été reproché d'avoir utilisé dans une précédente note le fameux sondage controversé d'Harris Interactive. Même si personnellement je ne remets pas en cause sa représentativité, voici la même note avec le sondage Ifop publié ce jeudi dans France Soir.

*
* *

Quelles sont les intentions de vote pour l'élection présidentielle de 2012 des électorats 2007 de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen? (hypothèse d'une candidature PS de Dominique Strauss-Kahn)

 

1) François Bayrou: l'éparpillement façon puzzle

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

(à mettre en parallèle avec ma note d'avril 2007 sur les cinq électorats de François Bayrou)

Attention, pour l'électorat 2007 de François Bayrou, les intentions de vote pour 2012 sont très dépendantes du candidat PS; comparaison avec l'hypothèse Ségolène Royal:

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

 

2) Nicolas Sarkozy: le grignotage lepéniste

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

 

3) Jean-Marie Le Pen: la fidélité familiale

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

 

4) Ségolène Royal: petite concurrence à gauche

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

Pour info, hypothèse d'une nouvelle candidature PS de Ségolène Royal:

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages

 

Sondage Ifop réalisé par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 7 au 9 mars 2.011 auprès d'un échantillon de 1046 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon national représentatif de 1.162 personnes.

09 mars 2011

D'une présidentielle l'autre [Harris Interactive]

Quelles sont les intentions de vote pour l'élection présidentielle de 2012 des électorats 2007 de Jean-Marie Le Pen, Nicolas Sarkozy et François Bayrou? (hypothèse d'une candidature PS de Dominique Strauss-Kahn)

 

1) François Bayrou: l'éparpillement façon puzzle

politique,élections,élection présidentielle 2012

(à mettre en parallèle avec ma note d'avril 2007 sur les cinq électorats de François Bayrou)

 

2) Nicolas Sarkozy: le grignotage lepéniste

politique,élections,élection présidentielle 2012

 

3) Jean-Marie Le Pen: la fidélité familiale

politique,élections,élection présidentielle 2012

 

Enquête réalisée en ligne les 5 et 6 mars 2011 auprès d'un échantillon de 1347 individus inscrits sur les listes électorales issus d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l'access panel Harris Interactive.

 

Ajout à 21h00 en réponse au commentaire de William:

politique,élections,élection présidentielle 2012,sondages