Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 octobre 2011

Borloo-out, Morin-in?

Deux questions autour de la non-candidature de Jean-Louis Borloo:

 

1) Quel candidat de l'Alliance à l'élection présidentielle?

Le Parti radical de Jean-Louis Borloo a cofondé l'Alliance républicaine, écologiste et sociale avec le Nouveau centre d'Hervé Morin et la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel. Jean-Louis Borloo ayant renoncé à une candidature à l'élection présidentielle, la logique voudrait qu'Hervé Morin soit le candidat de l'Alliance à l'élection présidentielle.

Le Nouveau centre, d'une part, "se prononcera dans les prochaines semaines, à l'occasion d'un congrès extraordinaire, sur sa stratégie et le choix de son candidat pour l'élection présidentielle". La candidature d'Hervé Morin ne fait toutefois aucun doute. Le président du Nouveau centre martèle en effet depuis longtemps qu'"il y a toujours eu deux droites en France" - "les bonapartistes et les orléanistes", "le RPR et l'UDF" puis "l'UMP et le Nouveau centre" - et que ces deux droites doivent avoir chacune un candidat au premier tour de l'élection présidentielle. L'idée d'une candidature d'Hervé Morin ne fait cependant pas l'unanimité au sein de son parti: "On ne change pas un avant-centre par un arrière-centre", a ainsi persiflé sur RTL Maurice Leroy, ministre de la ville.

Le Parti radical, d'autre part, se prononcera en vue de la présidentielle lors d'un prochain congrès "début 2012". La problématique est particulière pour le Parti radical, qui a rompu en mai dernier son contrat d'association avec l'UMP, en même temps qu'il adhérait à l'Alliance et demandait à Jean-Louis Borloo de se porter candidat à l'élection présidentielle. Concrètement, cela signifie que ses membres devront choisir au 1er janvier 2012 entre leur appartenance à l'UMP ou au Parti radical. Or, de nombreuses personnalités du parti ont déjà tranché en faveur du maintien au sein de l'UMP (Jean Leonetti, Edwige Antier, Françoise Hostalier, Sophie Joissains, Tokia Saïfi, etc.). La non-candidature de Jean-Louis Borloo renforce cette ligne... mais ceux qui la suivront ne pourront pas voter lors de ce congrès décisif!

 

2) Qui va bénéficier dans les sondages de ce "retrait"?

Politiquement, c'est Hervé Morin, dont la candidature se situe sur le même créneau que Jean-Louis Borloo (celui d'un "second choix" à Nicolas Sarkozy au sein de la droite), qui devrait bénéficier du "retrait" de Jean-Louis Borloo... ne serait-ce qu'en réapparaissant dans les sondages d'intentions de vote.

Électoralement, les choses sont toutefois plus complexes en raison de l'équation personnelle de chaque candidat.

Une enquête Sofres publiée cet été (1) permet ainsi d'avoir une idée des candidats vers lesquels pourraient se reporter les anciens électeurs de Jean-Louis Borloo:

- 45% des électeurs potentiels de Jean-Louis Borloo étaient aussi électeurs potentiels de François Hollande (et 37% de Martine Aubry)

- 41% des électeurs potentiels de Jean-Louis Borloo étaient aussi électeurs potentiels de Nicolas Sarkozy.

- 25% des électeurs potentiels de Jean-Louis Borloo étaient aussi électeurs potentiels d'Eva Joly.

- 23% des électeurs potentiels de Jean-Louis Borloo étaient aussi électeurs potentiels de François Bayrou.

La principale inconnue demeure toutefois Hervé Morin, qui, pour reprendre la place laissée vacante par Jean-Louis Borloo au centre-droit, devra avant tout combler son déficit de notoriété.

 

(1) réalisé les 6 et 7 juillet 2011 auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes

30 septembre 2011

L'heure du choix pour les parlementaires radicaux de droite

Les parlementaires radicaux de droite sont au pied du mur, puisque au Sénat comme à l'Assemblée nationale ils devraient rejoindre la semaine prochaine le même groupe que leurs alliés du Nouveau centre et de la Gauche moderne (Jean-Marie Bockel) au sein de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale. Tout l'enjeu est de savoir combien refuseront de quitter l'UMP...

 

1) À l'Assemblée nationale

Hervé Morin, président du Nouveau centre, l'a révélé jeudi en répondant à une de mes questions lors de l'émission de radio Face aux chrétiens (compte-rendu dans La Croix de ce vendredi):

"Il doit y avoir une cohérence entre l'expression partisane et l'expression au Parlement. Ce que nous avons fait au Sénat, nous devons le faire à l'Assemblée nationale. J'ai cru comprendre que Jean-Louis Borloo était prêt à faire ce chemin. Donc j'espère bien que nous aurons l'occasion la semaine prochaine de vous annoncer la construction d'un groupe rassemblant les députés radicaux et Nouveau Centre."

Selon mes informations, cette annonce pourrait être faite mardi, à l'occasion d'une conférence de presse commune entre députés du Nouveau centre et du Parti radical sur le projet de loi de finances.

Reste à savoir combien parmi les vingt dix-neuf députés radicaux seront prêts à quitter le groupe UMP. Ce sera bien entendu le cas de Jean-Louis Borloo et Laurent Hénart, mais d'autres, comme Edwige Antier et Françoise Hostalier, ont d'ores et déjà annoncé leur adhésion au mouvement "République et Humanisme" (qui pourrait être élargi et rebaptisé "Humaniste et Centriste") lancé en juin dernier au sein de l'UMP par Jean Leonetti (ministre des Affaires européennes).

 

2) Au Sénat

Comme je l'expliquais dans ma note sur les "reclassements au RDSE et à l'Union centriste", les sept sénateurs du Parti radical ont été appelés à rejoindre le groupe Union centriste, qui présente ce samedi Valérie Létard (Nouveau centre mais proche de Jean-Louis Borloo) à la présidence du Sénat.

Les premières grandes manœuvres se sont déroulées mercredi entre les sénateurs Valérie Létard (Nouveau centre borlooiste, Union centriste), Aymeri de Montesquiou (Parti radical, RDSE), Jean-Léonce Dupont (Nouveau centre, Union centriste) et Catherine Morin-Desailly (Nouveau centre, Union centriste), une proche collaboratrice de Jean-Louis Borloo, Fanny Le Luel, s'étant en outre déplacée au Sénat pour suivre l'état d'avancement des négociations (photo iPhone).

Il faudra attendre la publication des listes des membres des groupes, mardi prochain, mais on sait d'ores et déjà que Sophie Joissains restera à l'UMP, tandis qu'au moins quatre radicaux ont ou vont y adhérer: Aymeri de Montesquiou, qui quittera le RDSE (dont il est le dernier représentant du Parti radical); Sylvie Goy-Chavent, qui vient de quitter le groupe UMP; Vincent Delahaye, nouvel élu qui avait annoncé qu'il rejoindrait l'Union centriste (sa candidature était d'ailleurs soutenue par le MoDem et l'Alliance centriste mais pas par le Parti radical); Pierre Jarlier, qui siégeait déjà au groupe Union centriste.

 

[Ajout samedi: Christian Namy (Parti radical) a également adhéré au groupe Union Centriste (UC), devenu comme je l'avais annoncé en avant-première mercredi sur ce blog le groupe Union Centriste et Républicaine (UCR)]

28 septembre 2011

Sénat: reclassements au RDSE et à l'Union centriste

En apparence, rien ne change au Sénat pour les groupes allant du centre-gauche au centre-droit:

- le groupe RDSE s'est réuni ce mercredi sans changement dans sa composition (13 gauche: 11 PRG, 1 MRC, 1 DVG et 3 droite: 1 PRAD, 1 LGM, 1 DVD); Jacques Mézard a toutefois battu Yvon Collin pour sa présidence dans un duel serré entre radicaux de gauche (1).

- ce mercredi également, le groupe Union centriste, élargi aux radicaux Vincent Delahaye (nouvel élu soutenu par le MoDem et l'Alliance centriste aux sénatoriales) et Sylvie Goy-Chavent (auparavant apparentée UMP), a réélu à sa présidence François Zocchetto (Alliance centriste).

 

D'ici samedi (élection du président du Sénat) ou mardi (publication des listes des membres des groupes), plusieurs changements sont toutefois attendus:

- au moins deux des trois élus RDSE de droite (Aymeri de Montesquiou et Jean-Marie Bockel) vont rejoindre l'Union centriste... tout en ayant participé ce mercredi à l'élection du président du groupe RDSE!

- le groupe RDSE devrait en contrepartie accueillir au moins deux divers gauche ou les 10 sénateurs EELV en attendant l'abaissement de 15 à 10 du nombre minimum de sénateurs pour constituer un groupe.

 

Au sein de l'Union centriste, deux tendances s'affrontent:

1) ceux qui veulent créer un "nouveau groupe" réunissant au moins tous les élus des partis membres de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale: Nouveau centre (13 sénateurs et 1 apparenté (2)), Parti radical (7 sénateurs et 1 apparenté) et La Gauche moderne (Jean-Marie Bockel); or, pour l'instant quatre radicaux et apparentés réservent leur réponse (Christian Namy, Alain Chatillon, Sophie Joissains, Gilbert Barbier). Ne pas parvenir à réunir l'ensemble de ses troupes serait un échec pour Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, dont la candidature à l'élection présidentielle est prochainement attendue.

2) ceux - 7 Alliance centriste, 4 MoDem et 2 divers droite - qui acceptent l'"élargissement" aux radicaux mais dans le cadre de l'Union Centriste (UC) actuelle. Les débats se focalisent autour du nom du groupe: hors de question pour ces élus au tropisme bayrouiste d'accepter le mot "radical" ou tout sigle qui rappellerait l'Alliance républicaine, écologiste et sociale de Jean-Louis Borloo et Hervé Morin. Un compromis pourrait toutefois intervenir autour du nom d'"Union Centriste et Républicaine" (UCR).

 

À suivre...

 

(1) premier tour: 8 voix Collin, 8 voix Mézard; second tour: 7 voix Collin, 8 voix Mézard, 1 abstention

(2) André Villiers (Nouveau centre) et Alain Houpert (divers droite) sont toutefois actuellement rattachés au groupe UMP

27 septembre 2011

Les 36 sénateurs potentiels d'un groupe de centre et de centre-droit

Ayant été interpellé sur mes 36 sénateurs potentiels d'un groupe Union centriste élargi, en voici les noms:

Sénateur Parti Groupe
Jacqueline Gourault (Loir-et-Cher) MODEM UC
Jean-Marie Vanlerenberghe (Pas-de-Calais) MODEM UC
Marcel Deneux (Somme) MODEM UC
Jean-Jacques Lasserre (Pyrénées-Atlantiques) MODEM (UC)
François Zocchetto (Mayenne) AC UC
Françoise Férat (Marne) AC UC
Jean Arthuis (Mayenne) AC UC
Jean-Claude Merceron (Vendée) AC UC
Jean-Jacques Pignard (Rhône) AC UC
Muguette Dini (Rhône) AC UC
Yves Détraigne (Marne) AC UC
Nathalie Goulet (Orne) DVD UC
Gérard Roche (Haute-Loire) DVD (UC)
André Villiers (Yonne) LNC UMP-R
Catherine Morin-Desailly (Seine-Maritime) LNC UC
Daniel Dubois (Somme) LNC UC
Hervé Maurey (Eure) LNC UC
Jean Boyer (Haute-Loire) LNC UC
Jean-Léonce Dupont (Calvados) LNC UC
Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie) LNC UC
Valérie Létard (Nord) LNC UC
Yves Pozzo Di Borgo (Paris) LNC UC
Hervé Marseille (Hauts-de-Seine) LNC (UC)
Joël Guerriau (Loire-Atlantique) LNC (UC)
Vincent Capo-Canellas (Seine-Saint-Denis) LNC (UC)
Henri Tandonnet (Lot-et-Garonne) DVD (UC)
Pierre Jarlier (Cantal) PRAD+AC UC
Vincent Delahaye (Essonne) PRAD (UC)
Jean-Marie Bockel (Haut-Rhin) LGM RDSE
Aymeri de Montesquiou (Gers) PRAD RDSE
Gilbert Barbier (Jura) DVD RDSE
Christian Namy (Meuse) PRAD nc
Alain Houpert (Côte-d'Or) DVD UMP-R
Alain Chatillon (Haute-Garonne) PRAD UMP-R
Sylvie Goy-Chavent (Ain) PRAD UMP-A
Sophie Joissains (Bouches-du-Rhône) PRAD UMP

Attention: il s'agit d'une hypothèse haute, c'est-à-dire avec adhésion de tous les radicaux (ce que je ne crois pas) et Nouveau centre, ainsi que des divers droite proches de ces partis.

Centre et centre-droit: quelle recomposition au Sénat?

Hypothèses de recomposition des groupes au centre et au centre-droit:

 

1) Élargissement du groupe Union centriste:

Parti Sièges Total
MoDem 4 36
AC 7
DVD 5
LGM 1
LNC 12
PRAD 7

 

2) Création d'un groupe de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale

Parti Sièges Total
LGM 1 22-23
DVD 2-3
LNC 12
PRAD 7

 

Dans cette hypothèse, resteraient dans la nature 13 sénateurs de centre et de centre-droit:

Parti Sièges Hypothèse
MoDem 4 RDSE
AC 7 ARES
DVD 2 1 RDSE ou ARES
1 ARES

 

Ce qui pourrait donner un groupe ARES et apparentés:

Parti Sièges Total
LGM 1 31-32
DVD 4-5
LNC 12
PRAD 7
AC 7