Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2012

La "Droite forte" veut incarner l'aile droite de l'UMP

Je vous invite à lire mon article publié dans La Croix:

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/La-Dr...

 

N.B.: contrairement à ce que je lis ici ou là, ce n'est pas Guillaume Peltier qui a déposé à l'INPI la marque "Génération Sarkozy" mais Vincent Ducrey, dès le 12 mai 2006.

Guillaume Peltier a en revanche déposé le 20 septembre 2012 la marque "FIER D ETRE SARKOZYSTE".

Ajout: Guillaume Peltier vient de me préciser avoir bien déposé la marque "Génération Sarkozyste" (et non "Génération Sarkozy"). Ce dépôt n'ayant pas encore été publié au BOPI, je n'avais pas pu en prendre connaissance.

 

Génération Sarkozy

10 octobre 2012

Scoop de l'Insee: les natifs des DOM sont des "immigrés"

L'Insee publie une étude, montrant que "les descendants d'immigrés se sentent au moins autant discriminés que les immigrés", qui aurait pu s'avérer être très intéressante si... si scandaleusement cet institut soi-disant national ne comptait pas les natifs de DOM et les descendants de natifs de DOM parmi les immigrés.

Pour info, je signale à l'Insee la définition du mot "immigré" telle qu'elle figure sur le site Internet de ...l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee): "Selon la définition adoptée par le Haut Conseil à l'Intégration, un immigré est une personne née étrangère à l'étranger et résidant en France."

 

Quelques rappels à l'adresse de Pierre Moscovici, ministre de l'économie et des finances, puisque l'Insee est une direction générale de Bercy:

1) Les DOM (on dit aujourd'hui DROM, mais passons...) sont français depuis plus longtemps que certains départements métropolitains. Quand bien même, la date d'incorporation au territoire national ne modifie pas le degré d'appartenance à la communauté nationale.

2) Tout ce qui distingue les DROM du reste de la France devrait être sanctionné par les tribunaux de la République; c'est le cas d'une telle étude, comme cela devrait être le cas des extensions Internet particulières qui existent pour certains DROM (.re, .gf, .gp, .mq). Je parle bien des DROM et non des COM (la France étant en réalité fédérale, mais chut! c'est un secret).

3) Le seul critère valable en République, c'est la nationalité (y compris celle des parents pour une étude scientifique, mais pas pour une politique publique); sinon, si on trie entre les Français sur un critère essentialiste (origine géographique et non plus nationale, couleur de peau), on bascule dans la même vision racialiste du monde que les racistes.

4) La dépêche AFP mentionnant l'étude de l'Insee reprend sans guillemets le concept de "Français de souche" par opposition aux immigrés et descendants d'immigrés. Si ce concept possède bien une définition pour les démographes de l'Ined (le Français de souche est celui qui n'a pas au moins un de ses grands-parents immigré), il est hallucinant de voir l'Agence France-Presse l'utiliser dans sa version lepéniste.

Tristes dérives...

 

Addenda:

1. L'étude que j'ai citée est une publication régionale (Insee Île-de-France). L'ensemble "Immigrés et descendants d’immigrés en France" édition 2012 de l'Insee est présentée dans un dossier de presse. Or, dans celui-ci ne figure plus aucune référence aux natifs de DOM, y compris dans la fiche (numéro 7) consacrée à l'étude "En Île‐de‐France, les descendants d'immigrés se sentent autant discriminés que les immigrés".

Au contraire, les définitions qui ouvrent le dossier de presse sont impeccables. Insistant même: "Les définitions des immigrés et des descendants d'immigrés reposent sur des critères d'état civil: le pays et la nationalité de naissance de la personne, et également celle des parents pour les descendants d'immigrés. Ces caractéristiques sociodémographiques objectives sont recueillies dans de nombreuses sources statistiques."

Hasard? Divergence entre l'Insee francilienne et la direction nationale de l'Insee?

 

2. un ami, Jean-Noël Amadei, me signale un "arrêté du 25 septembre 2012 portant interdiction de déplacement des supporters du club de football du SC Bastia lors de la rencontre du samedi 29 septembre 2012 avec l'OGC Nice" qui parle de "diaspora corse du continent". Comme il l'écrit: "La diaspora signifiant (cf. dictionnaire de l'Académie française) la dispersion d'un peuple, le ministère de l'intérieur entérine ainsi légalement l'existence d'un peuple corse! Les natios peuvent être contents!!! Bientôt, moi aussi je serai un immigrant de la deuxième génération!".

09 octobre 2012

Professions de foi pour la présidence de l'UMP: les différences Fillon - Copé

Je vous invite à lire mon article publié sur La-Croix.com:

François Fillon et Jean-François Copé affichent leurs différences

Implantation des motions UMP

Géograhie des signataires des motions UMP:

Gaullistes en Mouvement

 

France Moderne et Humaniste

 

La Droite Forte

 

La Droite Sociale

 

La Droite Populaire

 

 

Avertissement: deux députés représentant les Français de l'étranger ont été rattachés à leur département d'origine (Vaucluse pour Thierry Mariani, Haute-Vienne pour Alain Marsaud).

08 octobre 2012

Motions UMP: qui a parrainé qui?

Après les nuages de mots, suite (mais pas fin) de mes analyses des motions pour le congrès de l'UMP.

 

Au total, 352 parlementaires UMP pouvaient parrainer une motion: 253 d'entre eux, soit 72%, ont exercé ce droit. Ce qui prouve un véritable attrait pour l'enjeu des motions, même si plusieurs ténors du parti (Jean-François Copé, François Fillon, Xavier Bertrand, Alain Juppé - qui n'est pas parlementaire -, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christian Jacob, Valérie Pécresse...) ne figurent pas parmi les signataires.

Les parlementaires européens ont été 84% à parrainer une motion, contre 72% des députés et seulement 69% des sénateurs.

 

La motion France Moderne et Humaniste (FMH) est de loin celle qui a reçu le plus de parrainages de parlementaires (102), suivie de La Droite Sociale de Laurent Wauquiez (53) puis des Gaullistes en Mouvement (49).

motion-2012-parl.gif

motion-2012-an.gif

 motion-2012-senat.gif

motion-2012-pe.gif

La motion la plus fédéralise, France Moderne et Humaniste (FMH), est plébiscitée par 40% des parlementaires européens, alors qu'aucun d'entre eux n'a signé celles des Gaullistes en Mouvement et de La Droite Populaire, où l'on retrouve une poignée de souverainistes.

motion-2012-compo.gif

La motion des Gaullistes en Mouvement réalise en revanche une percée chez les sénateurs UMP (23%, alors qu'elle est soutenue par 14% de l'ensemble des parlementaires). En conséquence, 60% des signataires de cette motion siègent au Sénat.

À l'inverse, la quasi-totalité des signataires de la motion de La Droite Populaire sont des députés, à l'exception du sénateur Philippe Marini.

Deux motions ont par ailleurs été déposées par des militants ou élus locaux non-parlementaires, et n'ont donc pas pu être parrainées par leurs principaux signataires. D'une part, La Droite Forte des sarkozystes Geoffroy Didier, Guillaume Peltier et Camille Bedin. D'autre part, la motion inclassable La Boîte à Idées (Matthieu Schlesinger, Maël de Calan, Enguerrand Delannoy, Pierre-Emmanuel Thiard).

 

Enfin, plusieurs parlementaires ont signé deux voire trois motions:

  • 2 GEM + FMH
  • 2 GEM + LDF
  • 1 GEM + LDS
  • 1 GEM + LDP
  • 1 FMH + LDF
  • 2 FMH + LDS
  • 1 FMH + LDF + LDS
  • 1 FMH + LDS + LBAI
  • 1 FMH + LDP
  • 3 FMH + DLD
  • 1 LDS + DLD

La motion Demain la Droite a d'ailleurs été invalidée car en retirant les doubles signatures elle ne remplissait plus le critère du parrainage par au moins dix parlementaires.