Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2012

Cartographie des députés UMP et Rassemblement - UMP

Après la création du groupe Rassemblement - UMP à l'Assemblée nationale (68 députés sur 194), sous la présidence de François Fillon, voici l'implantation départementale des deux groupes UMP:

Députés UMP fillonistes

Députés UMP copéistes

Députés UMP

27 novembre 2012

Le Rassemblement UMP existe déjà

Les fillonistes ont décidé ce mardi matin la création d'un groupe parlementaire dissident, Le Rassemblement UMP.

Deux remarques:

- Les appartenances à un parti politique et à un groupe parlementaire sont généralement mais pas toujours liées, à condition bien entendu que la direction du parti n'exige pas que ses élus siègent dans le même groupe. En 1988, une partie des députés UDF avait par exemple créé le groupe dissident de l'Union du centre (Jacques Barrot, Pierre Méhaignerie). Le contexte politique était celui de l'"ouverture" de François Mitterrand et Michel Rocard, ce qui n'a bien entendu rien à voir avec une fracture humaine au sein d'un parti politique. L'UDF comportait par ailleurs des composantes, mais la répartition entre les deux groupes ne correspondait pas exactement aux partis membres.

- Le Rassemblement UMP existe déjà, puisque c'est depuis le 12 octobre 2005 le nom de la fédération UMP de la Nouvelle Calédonie, juridiquement constituée en parti politique. Pour info, ma chronologie de ce parti: http://www.france-politique.fr/wiki/Le_Rassemblement_-_UM....

La Commission des recours de l'UMP a d'ailleurs "annulé" le vote dans cette fédération "en raison du déroulement irrégulier des opérations de vote, qui n'assure pas le secret, et donc la sincérité, du vote". Des accusations qui avaient provoqué la colère de ses dirigeants:

En réponse aux accusations de fraude véhiculées par "une source anonyme", sur le scrutin de l'UMP en Nouvelle-Calédonie samedi dernier, le Rassemblement-UMP tient à apporter les précisions suivantes.
Les opérations se sont déroulées normalement pendant toute la journée sous le contrôle du Président du bureau de vote, de ses assesseurs et de nombreux militants.
Le dépouillement s'est effectué en présence des représentants des deux candidats, qui n'ont formulé aucune observation et ont signé les feuilles de dépouillement et PV de bureau de vote.
Depuis l’envoi des PV à la COCOE (Commission d’Organisation et de Contrôle des Opérations Electorales) dimanche 18 novembre à 7h00 (heure locale en Nouvelle-Calédonie), la Permanence du Rassemblement-UMP n’a reçu aucune communication officielle de la COCOE relevant quelconque irrégularité.
Ces accusations inadmissibles jettent une ombre sur tout le travail bénévole des militants du Rassemblement-UMP, dont l'honnêteté ne saurait être mise en cause.

26 novembre 2012

UMP: derrière l'affrontement Copé-Fillon, ce que la carte du vote des motions révèle du nouveau visage du parti

Je vous invite à lire mon entretien pour le site Atlantico.fr

http://www.atlantico.fr/decryptage/ump-derriere-affrontem...

25 novembre 2012

Copé - Fillon : pourquoi la situation ne peut pas se débloquer

Résumé du blocage au sein de l'UMP: proclamé élu par la commission statutairement compétente (Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales, la désormais fameuse Cocoe), Jean-François Copé ne quittera la présidence de l'UMP que si une autre commission statutairement compétente (Commission nationale des recours) inverse les résultats.

Juridiquement, sa position est irréfutable (politiquement, c'est une autre question).

 

Examinons les différentes hypothèses:

 

1. Soit la Commission nationale des recours déclare François Fillon élu. Dans ce cas, Jean-François Copé a assuré, vendredi dernier, devant moi et quelques confrères, qu'"évidemment "il accepterait sa défaite.

 

2. Soit la Commission nationale des recours confirme l’élection de Jean-François Copé, ce dont ce dernier est sûr puisqu'il affirme posséder les preuves de "fraudes massives" de la part des fillonistes (Alpes-Maritimes et Nouvelle-Calédonie en particulier).

Reste alors à savoir ce que ferait François Fillon. Sans doute demanderait-il d'attendre les conclusions de la médiation / commission d'Alain Juppé (sans autorité juridique puisque non statutaire*). Ce à quoi Jean-François Copé répondrait certainement que toutes les voies statutaires de recours interne ont été épuisées, et qu'il demeure donc en droit président de l’UMP.

Retour à la case départ.

 

* toute solution non statutaire étant juridiquement bancale, le rôle d'Alain Juppé aurait pu consister, en tant qu'"autorité morale", à observer puis valider (ou non) le travail de la Commission nationale des recours.

 

[Ajout: comme prévu, la médiation Juppé a échoué]

24 novembre 2012

Fillon, les risques de la scission

Je n'y ai pas cru en mai (cf. ma note "Pourquoi l'UMP n'éclatera pas"), et je n'y crois toujours pas: l'UMP n'éclatera pas (je parle bien d'éclatement, de scission, et non de départs isolés vers l'UDI).

François Fillon aurait en effet selon moi tout à perdre à quitter l'UMP:

1. Les précédents historiques montrent que les scissions n'entrainent jamais la totalité du courant contestataire. Combien parmi les 84 députés et 71 sénateurs UMP ayant soutenu François Fillon seront-ils effectivement prêts à le suivre jusqu'à la dissidence? D'autant plus que, si disposer de son propre parti peut permettre à François Fillon de préparer la primaire présidentielle au sein de la droite prévue en 2016, cela peut s'avérer être un handicap pour préparer les élections locales, à commencer par les municipales de 2014.

2. Quitte à quitter l'UMP, certains fillonistes dissidents - notamment ceux issus de l'UDF ou de DL - pourraient être tentés de rejoindre l'UDI de Jean-Louis Borloo plutôt qu'une "UMP bis" présidée par François Fillon.

3. Mes confrères s'y intéressent soudainement, mais je le martèle depuis des années: la législation sur le financement public des partis et groupements politiques gèle la paysage politique entre deux législatures. C'est ce que je rappelais déjà en mai dernier au sujet de l'UMP: un nouveau parti créé par François Fillon n'aurait droit à aucune aide publique directe, puisqu'il n'existait pas au moment des dernières élections législatives. Ses parlementaires devraient alors se rattacher (seconde fraction du financement public) à un autre parti ayant droit au financement public (première fraction), en métropole ou outre-mer (sur le modèle, sous la précédente législature, du Nouveau Centre avec le Fetia Api). Pour info, vous trouverez ci-dessous, d'après mes calculs personnels, la liste des partis possibles (source).

4. En quittant l'UMP, François Fillon prendrait le titre de dissident et risquerait d'endosser la responsabilité de la division au sein de la droite chiraco-sarkozyste. Je rappelle en outre, même si être dans la place constitue un avantage considérable, que le mandat du nouveau président de l'UMP s'achèvera dès 2015.

 

Sans quitter l'UMP, les fillonnistes pourraient très concrètement:

1. Créer (provisoirement?) un groupe parlementaire distinct.

2. Ne pas se rattacher (provisoirement?) à l'UMP pour la seconde fraction du financement public; comme tous les ans, cette déclaration de rattachement - dorénavant publique - doit être remise aux bureaux des assemblées d'ici au 30 novembre (vendredi prochain). Au mieux les fillonistes trouvent un autre parti qui leur rétrocèdent leur part (l'Association de Financement de l'Association France.9 pouvant servir de réceptacle), au pire ils se rattachent nulle part mais provoquent un manque à gagner pour l'UMP.

Reste à savoir comment réagirait la direction copéiste face à de tels actes de rébellion interne. "Soit on est dans l'UMP, soit on la quitte", s'est contenté de me répondre, hier, Jean-François Copé lorsque je lui ai demandé quelle serait alors sa réaction en tant que président du parti. Bref, l'UMP "love it or leave it"...

 

Partis éligibles à l'aide publique, sous réserve des suffrages obtenus par les candidats déclarés inéligibles et des partis ou groupements politiques ne respectant pas leurs obligations légales:

 

1. Métropole
PS
UMP
FN
EELV
PCF
URCID
NC
CPF
PRG
FG
DLR
LFA
LT-NEHNA
2. Outre-Mer
CDI
Démocratie et République
GUSR
RPG
BPM
FMP
MIM
MLP
MIP
PALIMA
PRM
PPM
RDM
A.BÂTIS
PSG
AMPR
DS
GFR
LREC
PCR
PLR
Réunion avenir, ambition Réunion France
UD
UMM
AD
CSA
IFMOM
PPP
UD
Tavini
Ia Hau Noa
NOETN
RAUTAHI
Te 'Avei'a
Te Mana o te Mau Motu
Taharaa
CE
R-UMP
RPC