Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 avril 2007

électorat Bayrou

medium_bayrouelectorat.jpgLes cinq électorats de François Bayrou :

 

 

1. les protestataires : électorat anti-UMPS ayant voulu "faire turbuler le système" sans voter pour les extrêmes. Cet électorat, qui ne partage pas les convictions de François Bayrou, pourrait voter blanc ou s'abstenir au second tour. Entre 37% (Ipsos) et 44% (CSA) des électeurs ayant voté pour Jean-Pierre Chevènement au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 ont ainsi voté, le 22 avril, en faveur de François Bayrou.

 

2. la gauche anti-Ségolène Royal : électeurs du PS n'ayant pas voulu voter pour Ségolène Royal au premier tour. Ils voteront en revanche pour elle au second. 22% des électeurs de François Bayrou au premier tour ont "sérieusement envisagé" de voter pour Ségolène Royal (Sofres). Et entre 16% (CSA) et 17% (Ipsos, Sofres) des électeurs de Lionel Jospin au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 ont voté pour François Bayrou.

 

3. les centristes : électorat ni de droite ni de gauche, positionné au centre, dont l'attitude au second tour dépendra des signaux lancés au centre par Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal. À moins qu'il ne décide de voter blanc ou de s'abstenir...

Au sein de cet électorat centriste se trouve une partie de l'électorat écologiste : entre 21% (Ipsos) et 22% (CSA) des électeurs de Noël Mamère au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 ont voté en faveur de François Bayrou (contre 16% pour Dominique Voynet), de même que 71% de ceux de Corinne Lepage (ralliée, elle, à la candidature de François Bayrou).

 

4. l'électorat UDF traditionnel : positionné au centre-droit, il a voté Édouard Balladur en 1995 et, déjà, François Bayrou en 2002. Il votera pour Nicolas Sarkozy au second tour. Ce positionnement correspond à celui de la majorité des élus UDF.

 

5. les droites anti-Nicolas Sarkozy : électeurs de droite n'ayant pas voulu voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour. Par défaut, ils devraient toutefois voter pour lui au second. 23% des électeurs de François Bayrou au premier tour ont "sérieusement envisagé" de voter pour Nicolas Sarkozy (Sofres). L'anti-sarkozysme de droite se fonde sur des motivations parfois contradictoires :

- des chiraquiens dérangés par l'atlantisme, le communautarisme et le libéralisme de Nicolas Sarkozy. Entre 15% (Ipsos, Sofres) et 17% (CSA) des électeurs de Jacques Chirac au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 ont voté pour François Bayrou.

- des libéraux déstabilisés par le nouveau discours antilibéral de Nicolas Sarkozy (dénonciation de l'euro fort ou des "patrons voyous", promotion de droits opposables et d'un protectionnisme européen). Ils ont par ailleurs été séduits par l'insistance de François Bayrou sur la question de la dette publique et par la proposition de "deux emplois francs". 20% des électeurs d'Alain Madelin au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 ont voté pour François Bayrou (CSA).

 

CSA : sondage réalisé le jour du vote auprès de 5 009 électeurs

Ipsos : sondage réalisé le jour du vote auprès de 3 397 électeurs

Sofres :  sondage réalisé le jour du vote auprès de 1 500 électeurs

23 avril 2007

résultats Nicolas Sarkozy

medium_sarkozy07.3.jpg

Nicolas Sarkozy (UMP)

 

medium_cry.3.gif

- arrive en première position (qualifié pour le second tour)

- obtient le record de voix (11 448 663) au premier tour d'une élection présidentielle

- donne à un candidat de droite le meilleur score en pourcentage depuis Valéry Giscard d'Estaing en 1974

 

résultats François Bayrou

medium_bayrou02.2.jpg

François Bayrou (UDF)

 

medium_cry.3.gif

- fait plus que tripler son nombre de voix et obtient un bien meilleur score en pourcentage qu'en 2002 (18,57% contre 6,84%)

- devance Jean-Marie Le Pen (FN)

 

medium_cry.3.gif

- n'est pas qualifié au second tour

 

20 avril 2007

François Bayrou

objectif : porter le centre au second tour

 

medium_bayrou02.jpgLa barre est placée très haut pour François Bayrou. Après avoir obtenu 6,84% des suffrages exprimés en 2002, ne serait-ce qu'obtenir un score à deux chiffres aurait pu apparaître comme une réussite pour le président de l'UDF. Mais les sondages le plaçant quelques points derrière Ségolène Royal, voire à égalité avec elle, ont fait de lui un des possibles candidats du second tour. Ce sera en tout cas dorénavant plus à cette aune qu'au pourcentage obtenu que sa candidature sera évalués. D'autant plus que tous les sondages ayant testé cette hypothèse l'ont donné vainqueur au second tour, aussi bien face à Nicolas Sarkozy que Ségolène Royal. François Bayrou joue donc, dimanche, son va-tout. Qualifié face à Nicolas Sarkozy, il pourrait espérer traduire dans la réalité son rêve de toujours d'un "grand centre" ouvert à l'aile réformiste et européenne du PS (Michel Rocard, Jacques Delors, Dominique Strauss-Kahn). Face à Ségolène Royal, en revanche, il apparaîtrait comme le candidat de la droite (avec le soutien de Nicolas Sarkozy) dans le cadre d'un duel droite-gauche. Retour à la case départ, donc, pour l'UDF. Et finies les velléités centristes. Enfin, sa non-qualification au second tour le placerait au pied du mur. Soit faire monter les enchères entre les deux finalistes. Soit ne pas trancher en les renvoyant dos-à-dos dans la perspective de la prochaine présidentielle, en 2012. Un non-choix qui risquerait toutefois de coûter cher à l'UDF aux élections législatives de juin prochain.

Nicolas Sarkozy

objectif : arriver en tête au premier tour

 

medium_sarkozy07.jpgEn privé, Nicolas Sarkozy est confiant. Il est vrai que tous les sondages le placent – depuis fin mars – en tête du premier tour et le donnent – depuis mi-janvier – élu au second face à Ségolène Royal. Président d'un parti créé après la dernière présidentielle, Nicolas Sarkozy n'a pas vraiment de score de référence. En 2002, les trois candidats qui soutiendront ensuite la création de l'UMP avaient obtenu 24,98%: Jacques Chirac (19,88%), Alain Madelin (3,91%) et Christine Boutin (1,19%). Tous les sondages lui confèrent par ailleurs bien plus que l'étiage de Jacques Chirac aux présidentielles (18-21%). Le scénario idéal pour Nicolas Sarkozy serait d'être face à Ségolène Royal au second tour. Afin, espère-t-il, de l'emporter dans un duel "classique" entre la droite et la gauche. Face à Jean-Marie Le Pen, il risquerait de se trouver "mal élu", comme Jacques Chirac il y a cinq ans. Face à François Bayrou, en revanche, la partie serait plus difficile : tous les sondages ayant testé cette hypothèse le donnent, dans cette configuration, perdant. Après avoir donné à sa campagne un ton plus social que les convictions libérales qu'il avait jusque-là défendues, Nicolas Sarkozy a multiplié, ces dernières semaines, les signaux en direction de deux cibles : d'une part l'électorat d'extrême droite (proposition d'un "ministère de l'immigration et de l'identité nationale"), d'autre part les centristes (réunion publique, mercredi soir, avec Simone Veil, Gilles de Robien et André Santini).