Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juin 2007

Le MoDem ne parvient pas à enrayer la bipolarisation de la vie politique

9594aa7d8b32be221cd7b1eb8a3615f3.jpg

Le Mouvement démocrate (MoDem), créé par François Bayrou dans la foulée du premier tour de l'élection présidentielle, savait que son baptême du feu électoral serait un mauvais moment à passer.

D'une part, la logique du scrutin uninominal majoritaire à deux tours induit des alliances pour le second. L'exemple du FN ayant montré qu'il est quasi impossible, sans alliance, pour un tiers parti de faire élire un député en cas de triangulaire.

D'autre part, si François Bayrou est parvenu à se hisser à la troisième place de l'élection présidentielle avec 18,57% des suffrages exprimés, cela ne fait que 15,34% des électeurs inscrits. Or, aux législatives, un candidat doit obtenir 12,5% des inscrits pour se qualifier au second tour. Avec une participation bien moindre qu'au premier tour de la présidentielle (60,42% contre 83,77%), ce seuil est d'autant plus difficile à atteindre.

La situation est toutefois pire que prévu. Au moins, fort des 6,8 millions d'électeurs de François Bayrou à la présidentielle, le MoDem pouvait-il espérer maintenir la pression en se qualifiant pour le second tour dans de nombreuses circonscriptions. Peine perdue : de nombreux ténors du MoDem n'ont pas franchi 12,5% des inscrits. À commencer par les parlementaires européens Marielle de Sarnez (11,91% dans la 11e circonscription de Paris) et Bernard Lehideux (9,02%, 8e des Hauts-de-Seine) ou les députés sortants Anne-Marie Comparini (10,08%, 1re du Rhône) et Gilles Artigues (11,14%, 1re de la Loire).

Avec 37,25% des suffrages exprimés, François Bayrou devance dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques les candidats UMP (Jean-Pierre Marine, 25,92%) et PS (Marie-Pierre Cabanne, 23,32%). Sur le papier, le MoDem peut participer à deux autres triangulaires. Dans la 7e circonscription du Finistère, Michel Canévet a toutefois annoncé son retrait sans donner de consigne de vote. Reste donc la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, où Jean Lassalle a été distancé par l'UMP (Hervé Lucbereilh, 31,36%) mais devance le PS (Jean-Pierre Domecq, 19,86%). En 2002, il avait été élu après le retrait de l'UMP.

Dans trois autres circonscriptions, le candidat MoDem affrontera au second tour l'UMP : Jean-Marie Cavada (22,27%) face à Henri Plagnol (44,40%) dans la 1re du Val-de-Marne, Thierry Benoît (20,21%) face à Marie-Thérèse Boisseau (37,25%) dans la 6e d'Ille-et-Vilaine, et Élisabeth Doineau (19,35%) face à Marc Bernier (43,26%, avec une bonne réserve de voix à droite) dans la 2e de la Mayenne. Il y a enfin le cas particulier de Jean-Christophe Lagarde, dont l'étiquette MoDem ne figurait pas sur les documents électoraux. Avec 45,95 %, le maire de Drancy est en ballottage favorable dans la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis face au PCF (Abdel Sadi, 20,28%).

Même si Ségolène Royal a laissé un message téléphonique à François Bayrou, François Hollande a exclu, hier, de retirer son candidat face à Jean Lassalle. Pour les trois duels UMP-MoDem, le premier secrétaire du PS a toutefois appelé les électeurs de son parti à "favoriser le pluralisme". En clair : à voter MoDem. Symétriquement, l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le secrétaire général délégué de l'UMP, Patrick Devedjian, ont affirmé, hier également, vouloir "tendre la main" à François Bayrou.

Reste à savoir quelle sera, entre les deux tours, l'attitude des candidats du MoDem.

 

Laurent de Boissieu

© La Croix, 11-12/06/2007

11 juin 2007

bipolarisation UMP-PS

497f309dd8065ae1602d9c06858bc698.jpg

Les 10 circonscriptions qui résistent à la bipolarisation UMP-PS (et alliés) : 

 

8 circonscriptions où le PCF est en tête :

. La Réunion 2e : 56,67% (PCR)

. Nord 20e : 46,49%

. Puy-de-Dôme 5e : 43,76%

. Seine-Saint-Denis 11e : 33,06%

. Nord 16e : 32,92%

. Seine-Saint-Denis 2e : 32,72%

. Val-de-Marne 10e : 28,93%

. Seine-Saint-Denis 7e : 28,53% (apparenté)

 

2 circonscriptions où le MoDem est en tête :

. Seine-Saint-Denis 5e : 45,95%

. Pyrénées-Atlantiques 2e : 37,25% (pas de candidat UMP)

 

08 juin 2007

Au centre, deux partis se disputent les électeurs

d6dc6c9ace4911ad546f2f8b4645040e.jpg

Une page s'est tournée dans l'histoire politique française. Depuis 1978, la droite était constituée de deux pôles. D'un côté, les chiraquiens du RPR. De l'autre, l'UDF, giscardienne à sa création, puis successivement barriste (1988), balladurienne (1995) et bayrouiste (2002). Déjà affaiblie par une scission en 1998 (Alain Madelin et Démocratie libérale) et par la dissidence de nombreux élus en 2002 (Pierre Méhaignerie, Jacques Barrot, Philippe Douste-Blazy, Hervé de Charette), l'UDF n'aura pas survécu à l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

Tout s'est joué dans la semaine suivant le second tour de la présidentielle. Le 9 mai, 22 des 24 députés UDF qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy au second tour signent, dans Le Figaro, une tribune intitulée "Pour un centre libre dans la majorité présidentielle". "Tout en conservant notre autonomie au Parlement, et sans intégrer l'UMP, nous inscrivons sans hésitation notre démarche dans la majorité présidentielle qui se dessine", écrivent les signataires.

Le lendemain, François Bayrou convoque un conseil national de l'UDF. À une très large majorité, les conseillers nationaux approuvent la création du Mouvement démocrate. "Je ne quitterai pas l'allégeance de l'un pour me réfugier dans celle de l'autre", affirme François Bayrou, l'homme qui a progressivement détaché le centre de la droite. Un positionnement qui vaut au nouveau parti l'adhésion du parti écologiste CAP 21, créé par l'ancienne ministre Corinne Lepage, et de dissidents des Verts comme Jean-Luc Bennahmias, ancien secrétaire national du parti (1997-2001), ou Danièle Auffray, adjointe au maire de Paris. Finalement, le MoDem investit 545 candidats aux élections législatives (sur 577 circonscriptions).

Parallèlement, Hervé Morin, président du groupe UDF dans l'Assemblée nationale sortante et nouveau ministre de la défense, parvient, pour la date limite du 18 mai, à présenter 80 candidats sous l'étiquette provisoire "Parti social libéral européen", en mobilisant parfois des collaborateurs, des amis et des membres de sa famille. Pour bénéficier du financement public, un parti doit en effet présenter des candidats ayant obtenu chacun au moins 1% des suffrages exprimés dans au moins 50 circonscriptions, le montant de l'aide dépendant ensuite du nombre de voix obtenues au premier tour des législatives et du nombre de parlementaires. Le 29 mai, Hervé Morin, entouré de François Sauvadet et d'André Santini, annonce officiellement la création d'un nouveau parti : le Nouveau Centre. En ne parvenant toutefois à réunir que 17 députés UDF sortants soutenant la majorité présidentielle.

Finalement, le centre est actuellement composé de toute une palette allant des ex-UDF investis par l'UMP (Pierre-Christophe Baguet) aux ex-UDF investis par le MoDem (François Bayrou), en passant par le Nouveau Centre dans la majorité présidentielle (Hervé Morin), sans oublier la catégorie particulière des candidats du MoDem se réclamant... de la majorité présidentielle (Jean-Loup Metton) ! Une situation qui se clarifiera certainement après les législatives.

 

Laurent de Boissieu

© La Croix, 08/06/2007

29 mai 2007

Parti Radical

Le centre en France 4/6

655227e779406401fad21e8abc0ce368.jpg

Parti Radical

 

L'UMP abrite en son sein une autre famille centriste : le Parti radical. Cette ancienne composante de l'UDF possède 16 députés sortants (dont une majorité participe également à la sensibilité "Démocrate & populaire"). Le Parti radical est actuellement représenté dans le gouvernement Fillon par Jean-Louis Borloo (coprésident du parti avec André Rossinot), ministre de l'économie, des finances et de l'emploi. C'est moins que dans le gouvernement Villepin, où il avait deux autres représentants (Renaud Dutreil et François Loos).

 

Parti Radical

Les "centristes" de l'UMP

Le centre en France 3/6

f75fdec2c47a97d69cb951321d880c76.jpg

Démocrate & populaire

 

Une troisième famille centriste est représentée par les "centristes de l'intérieur", c'est-à-dire ceux qui se revendiquent de cette étiquette au sein de l'UMP. Pour la plupart membres de l'UDF avant 2002, ils animent la sensibilité "Démocrate & populaire", à laquelle adhèrent 68 députés sortants mais sans grande homogénéité, puisque s'y côtoient radicaux (Dominique Paillé), gaullistes sociaux (Michel Bouvard, Alain Joyandet), démocrates-chrétiens (Yves Bur, Marc-Philippe Daubresse) et même quelques libéraux purs et durs (Louis Giscard d'Estaing, Hervé Mariton). Représentés dans le gouvernement Villepin de 2005 par Philippe Douste-Blazy (ministre des affaires étrangères), ce sont les grands oubliés du gouvernement Fillon. L'un des leurs, Pierre Méhaignerie, est toutefois secrétaire général de l'UMP.