Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2009

L'UMP réfléchit à changer de nom

Selon nos informations, une agence de publicité aurait été sollicitée par l'UMP pour réfléchir, dans la plus grande confidentialité, à un changement de nom.

Le but serait d'adopter une appellation qui ne soit plus un sigle - comme UMP pour Union pour un Mouvement Populaire - mais un acronyme, considéré comme plus moderne. Sur le modèle du MoDem (Mouvement démocrate) de François Bayrou. "Nous n'avons sollicité personne", dément Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, tout en admettant qu'en interne "certains y réfléchissent". "Cela fait partie des choses qui reviennent régulièrement", ajoute-t-il aussitôt comme pour banaliser la question.

"Cela présente un véritable avantage d'avoir une marque qui existe, qui est reconnue, qui a une histoire, poursuit-il. Et, en même temps, l'adosser à une autre phase politique pourrait avoir l'avantage de mieux montrer tous les éléments de la nouveauté." Or, précisément, Nicolas Sarkozy entamera cette année la seconde phase de son quinquennat...

Le parti majoritaire aurait également demandé à l'agence de publicité de trouver un mot pour remplacer celui de "militants". Cette volonté de moderniser le vocabulaire partisan n'est pas nouvelle pour l'UMP, qui avait organisé en septembre dernier non plus une traditionnelle université d'été mais un "campus d'été". L'appel à la société créée en septembre 2008 par le cinéaste Luc Besson et le publicitaire Christophe Lambert irait dans le sens de la modernisation souhaitée, puisque Blue apparaît comme la première agence française d'"advertainment", mélange entre publicité ("advertising") et divertissement ("entertainment").

L'idée d'un nouveau nom pour l'UMP fut déjà été envisagée en 2004. Le journaliste Michaël Darmon avait, en effet, révélé (1) l'existence d'une "note ultra-confidentielle" rédigée par un petit groupe de communicants professionnels dans la perspective de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP, en novembre 2004. "L'UMP doit tirer les conséquences de ses échecs (aux élections régionales et européennes, NDLR) et devenir Les Républicains", préconisait le document. Nicolas Sarkozy y avait finalement renoncé. Enfin, à peine lancé, le Nouveau Centre d'Hervé Morin avait aussi envisagé, l'année dernière, d'adopter un acronyme : SoLiD (Social libéral démocrate). Velléité toute aussi vite abandonnée.

 

Laurent de Boissieu

© La Croix, 22/01/2009

(1) Sarko Star, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

22 janvier 2009

La future nouvelle direction de l'UMP

C'est aujourd'hui que devrait être connu le nouvel organigramme de l'UMP, qui sera ratifié samedi par le conseil national. Statutairement, la direction de l'UMP est assurée pendant la durée du quinquennat par un secrétariat général (élu pas le bureau politique), composé d'un secrétaire général et de deux secrétaires généraux adjoints, et par un bureau du conseil national (élu par le conseil national), composé d'un premier vice-président et de deux vice-présidents. État des lieux, d'après mes informations.

 

Le choix de Nicolas Sarkozy :

  • secrétaire général : Xavier Bertrand
  • secrétaires généraux adjoints : Nathalie Kosciusko-Morizet (sortante) et Éric Besson (nouvel adhérent)
  • premier vice-président du bureau du conseil national : Jean-Pierre Raffarin (sortant)
  • vice-présidents du bureau du conseil national : Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo
  • porte-parole : Frédéric Lefebvre (sortant)
  • président de la commission nationale d'investiture : Brice Hortefeux (initialement préssenti pour une vice-présidence supplémentaire du conseil national)
  • chargé des investitures au comité de coordination de la majorité : Jean-Claude Gaudin
  • chargé du projet au comité de coordination de la majorité : Pierre Méhaignerie

 

La solution avancée par Xavier Bertrand, après consultations, compte tenu que Jean-Claude Gaudin et Pierre Méhaignerie souhaitent rester au bureau du conseil national :

  • secrétaire général : Xavier Bertrand
  • secrétaires généraux adjoints : Nathalie Kosciusko-Morizet (sortante), Éric Besson (nouvel adhérent), Nadine Morano et Marc-Philippe Daubresse
  • premier vice-président du bureau du conseil national : Jean-Pierre Raffarin (sortant)
  • vice-présidents du bureau du conseil national : Jean-Claude Gaudin (sortant), Pierre Méhaignerie (sortant), Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo
  • porte-parole : Frédéric Lefebvre (sortant)
  • président de la commission nationale d'investiture : Brice Hortefeux

Cette solution nécessiterait, samedi, une révision préalable des statuts de l'UMP.

 

Ajout dans la journée : devraient également participer à la nouvelle équipe Dominique Paillé (porte-parole sortant, à la demande expresse de l'Élysée), Axel Poniatowski (à la place de Jean-Claude Gaudin au bureau du conseil national), Christine Boutin (sans toutefois décrocher, malgré sa demande, un poste au secrétariat général ou au bureau du conseil national), etc.

Ce qui pourrait finalement donner :

  • secrétaire général : Xavier Bertrand
  • secrétaires généraux adjoints : Nathalie Kosciusko-Morizet (sortante), Éric Besson (nouvel adhérent), Nadine Morano et Marc-Philippe Daubresse
  • conseillers politiques : Christine Boutin, Christian Estrosi (secrétaire général adjoint sortant), Rachida Dati, Laurent Hénart, Fabienne Keller, etc.
  • premier vice-président du bureau du conseil national : Jean-Pierre Raffarin (sortant)
  • vice-présidents du bureau du conseil national : Michèle Alliot-Marie, Jean-Louis Borloo, Brice Hortefeux et Axel Poniatowski
  • porte-parole : Frédéric Lefebvre (sortant)
  • porte-parole adjoint : Dominique Paillé (porte-parole sortant)
  • coprésidents de la commission nationale d'investiture : Brice Hortefeux (représentant l'UMP) et Jean-Claude Gaudin (représentant le comité de coordination de la majorité)
  • délégué général au projet : Pierre Méhaignerie
  • président du comité de coordination de la majorité : Jean-Claude Gaudin

21 janvier 2009

Premiers sondages sur les élections européennes de 2009

Quelques enseignements des premiers sondages dont j'ai eu connaissance (publiés ou non*, entre septembre 2008 et janvier 2009) sur les élections européennes :

- plus de la moitié des Français (54%) déclare pouvoir encore changer d'avis.

- l'UMP (22-25% des intentions de vote) devance le PS, qui tourne autour de 20% (19% dans le sondage non publié réalisé en janvier, contre 25% pour l'UMP).

- le MoDem se maintient autour de 12-13% (jusqu'à 14,5% sans listes Nouveau Centre, ce qui signifie que ce dernier possède bien, en dépit de ses 2 à 3%, un petit pouvoir de nuisance vis-à-vis du MoDem).

- l'extrême gauche serait en mesure d'atteindre son record historique, avec en moyenne 13% des intentions de vote (8-10% pour le Nouveau Parti Anticapitaliste-NPA d'Olivier Besancenot; 3-4% pour Lutte Ouvrière).

- le rassemblement écologiste autour de Daniel Cohn-Bendit (Verts, etc.) oscille autour du seuil symbolique des 10% (ce qui correspond aux meilleurs scores des Verts aux élections europénnes de 1989 et 1999).

- le FN demeure bel et bien présent, avec en moyenne 6-7% des intentions de vote.

- le MPF de Philippe de Villiers talonne le FN mais dépasse difficilement 5-6%, tout en devançant largement Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan (1 à 2%).

- le front "noniste" PCF-Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon progresse notablement entre septembre 2008 (2,5% des intentions de vote, PCF seul) et janvier 2009 (5%).

 

- l'électorat le plus fidèle est celui de Nicolas Sarkozy (62 à 63% de ses électeurs au premier tour de l'élection présidentielle voteraient pour les listes UMP), suivi par celui de Ségolène Royal (52 à 54% de ses électeurs voteraient pour les listes PS) et, enfin, celui de François Bayrou (48% de ses électeurs voteraient pour les listes MoDem, le reste se dispersant à part à peu près égales entre l'UMP ou le PS, voire Les Verts selon la présence ou non de listes Nouveau Centre).

 

- le PS séduit autant au sein de l'électorat "noniste" de 2005 (22 à 23% des personnes ayant voté "non" ont l'intention de voter pour les listes PS) que "ouiste" (20% de ceux ayant voté "oui"), ce qui risque de lui poser encore un problème dans la définition d'un projet politique européen (même si le parti dirigé par Martine Aubry s'en sortira certainement avec des formules creuses et consensuelles sur "l'Europe sociale" bla bla bla).

- l'UMP fait une percée dans l'électorat "ouiste" (34% des personnes ayant glissé un bulletin "oui" ont l'intention de voter pour les listes UMP).

 

- Les intentions de vote des électeurs "nonistes" : PS (22-23%), UMP (17-20%), NPA (15-17%), PCF-Parti de Gauche (9-10%), MoDem (7-10%), Verts-écolos (6-9%), MPF (6-9%), FN (6%), etc.

- Les intentions de vote des électeurs "ouistes" : UMP (34%), PS (20%), MoDem (17-20%), Verts-écolos (8%), etc.

(en vert : chiffre significativement supérieur au total des intentions de vote pour les listes du parti; en rouge : chiffre significativement inférieur au total des intentions de vote pour les listes du parti)

 

* notamment le sondage Ifop pour Paris Match réalisé les 27 et 28 novembre 2008 auprès de 881 électeurs potentiels, extraits d’un échantillon représentatif de 959 personnes; commandés par un parti politique, les trois autres sondages n'ont pas été rendus publics

04 octobre 2008

L'UMP reste bloquée aux critères de Maastricht

henri.jpgComme au festival d'Avignon, aux journées parlementaires de l'UMP il y a le "in" et le "off".

Côté "in", des débats sur le métier de parlementaire et une présentation de l'exercice de prospective "France 2025" du secrétaire d'État Éric Besson. Côté "off", la crise financière internationale et la France de 2008 avec ses deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB. "Par nature, la France n'est pas en récession", a aussitôt minimisé en marge des travaux Éric Woerth, ministre du budget et des comptes publics, acceptant seulement de parler de "récession technique". Quoi qu'il en soit, les parlementaires qui, à leur arrivée, s'étonnaient devant les hôtesses d'accueil que le programme n'ait pas été modifié par les circonstances, ont donc dû attendre les discours du vendredi matin pour entendre parler à la tribune d'une solution politique à la crise financière.

Une réponse que François Fillon veut avant tout pragmatique. "Là où la dynamique économique est nécessaire, nous sommes libéraux, a insisté le premier ministre. Là où la justice sociale est nécessaire, nous sommes solidaires. Là où la régulation de l'État est nécessaire, nous croyons en l'État". Renouant avec les accents du Fillon séguiniste, le Fillon sarkozyste s'est implicitement posé en défenseur d'une troisième voie "entre le capitalisme dévoyé et le dirigisme socialiste". Avec, de la théorie à la pratique, la préparation d'un budget 2009 visant à éviter, selon lui, "deux écueils : celui du laxisme (renoncer à maîtriser la dépense) et celui de l'austérité (augmenter les impôts pour compenser la baisse des recettes)".

Ce discours a rassuré les élus UMP, qui, dans les allées des journées parlementaires, avaient exprimé leurs craintes face aux propositions d'Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Élysée. La veille, ce keynésien pourfendeur de l'orthodoxie budgétaire et monétaire avait déclaré que "temporairement" les critères de Maastricht "ne sont pas la priorité des priorités". Ce qui lui a valu une volée de bois vert de la part des membres de la majorité. "C'est la plume, ce n'est pas la parole du président de la République", raille ainsi Claude Goasguen, député et maire du XVIe arrondissement de Paris. "Henri Guaino, il a raison quand il se tait, poursuit courageusement sous couvert d'anonymat un de ses collègues des Hauts-de-Seine. S'il veut s'exprimer, qu'il se présente, comme Nicolas Dupont-Aignan, aux élections !".

Finalement, seul ou presque le député filloniste Jérôme Chartier déclare qu'il n'est "pas choqué" par la proposition d'Henri Guaino, expliquant "que Maastricht ne doit pas être un blocage si les circonstances l'exigent pour soutenir l'économie française et protéger les Français". Du reste, l'ancien directeur de campagne de Philippe Séguin pour le NON au référendum sur le traité de Maastricht n'a fait que décliner le discours de Toulon du président de la République : "Rien ne serait pire qu'un État prisonnier de dogmes, enfermé dans une doctrine qui aurait la rigidité d'une religion, avait dit Nicolas Sarkozy. Imaginons où en serait le monde si le gouvernement américain était resté sans rien faire face à la crise financière sous prétexte de respecter je ne sais quelle orthodoxie en matière de concurrence, de budget ou de monnaie ?".

Mais François Fillon a clos le débat en se posant solennellement en gardien du temple de l'orthodoxie budgétaire. "Nous ne renonçons pas à notre objectif d'un déficit public proche de zéro en 2012", a réaffirmé le chef du gouvernement. "Personne ne comprendrait ou n'accepterait que la France s'affranchisse de façon unilatérale des critères de Maastricht", avait auparavant averti Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, que certains commencent à qualifier de "vice-premier ministre". Fermez le ban.

19 septembre 2008

Élections sénatoriales : pas de suspens mais des enjeux politiques

La majorité peut-elle basculer au Sénat ?

L'enjeu n'est pas de savoir qui détiendra la majorité au Palais du Luxembourg, car la gauche n'a mathématiquement aucune chance de supplanter ce dimanche la droite. Au total, le PS espère gagner entre 10 et 15 sièges supplémentaires. À la faveur des élections régionales de 2004 puis des cantonales et des municipales de cette année, l'opposition a en effet augmenté le nombre de ses élus locaux, qui constituent le corps électoral pour les élections sénatoriales (députés, conseillers régionaux, conseillers généraux, délégués des conseils municipaux). En face, l'UMP entend néanmoins limiter les pertes grâce aux douze nouveaux sièges de sénateurs. Il n'est donc pas impossible que le groupe UMP conserve sensiblement le même nombre de sièges (159 sortants), tout en pesant moins au sein d'un Sénat dont les effectifs vont passer de 331 à 343 membres.

 

Quel enjeu pour l'UMP ?

Contrairement à l'Assemblée nationale, il n'y a jamais eu au Sénat de groupe détenant à lui seul la majorité absolue, à l'exception de l'UMP entre 2002 et 2004. Pour atteindre ce seuil, le groupe UMP doit donc chercher l'appoint de sénateurs d'autres groupes se réclamant de la majorité. Du nombre de voix qui séparera le groupe UMP de la majorité absolue dépendra donc l'ampleur des concessions que ce dernier sera obligé de consentir à ses partenaires. L'autre enjeu pour l'UMP est la présidence du Sénat puisque le président sortant, Christian Poncelet (UMP), ne devrait pas briguer sa propre succession. Le groupe UMP organisera une primaire interne le 24 septembre afin de départager les candidats à la candidature. Si Gérard Larcher et Philippe Marini sont d'ores et déjà officiellement en lice, Jean-Pierre Raffarin ne se déclarera qu'après le scrutin. Enfin, un autre sénateur UMP, Alain Lambert, est également en piste, tout en refusant de se soumettre au principe des primaires organisés par son groupe.

 

La physionomie du Sénat peut-t-elle changer ?

Spécificité sénatoriale, le groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) réunit neuf sénateurs de la majorité (dont 4 Parti radical et 2 Gauche moderne) et huit de l'opposition (dont 7 PRG). Or, sur ces dix-sept membres, huit sont renouvelables et deux ne se représentent pas, ce qui signifie que l'existence de ce groupe est grandement menacée. En 2004, déjà, après le dernier renouvellement du Sénat, le RDSE n'avait pu dépasser le seuil des quinze membres nécessaires pour constituer un groupe que grâce au ralliement de deux membres du groupe UMP et d'un villiériste. Soucieux de ménager le PRG, dont une partie des parlementaires a voté en juillet la révision constitutionnelle, l'UMP pourrait toutefois de nouveau prêter des élus afin de sauver le doyen des groupes parlementaires, créé en 1892. Des reclassements pourraient en outre intervenir avec le groupe Union centriste-UDF. Devenu anachronique depuis l'éclatement de l'UDF, ses membres se répartissent sur une palette de nuances allant de la majorité (sept sénateurs du Nouveau centre) à l'opposition (six sénateurs MoDem proches de François Bayrou). Or le Nouveau centre espère bien former au Sénat, comme à l'Assemblée nationale, un groupe de centre droit fidèle à la majorité.

 

Laurent de Boissieu

© La Croix, 19/09/2008