Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mars 2008

Bla bla bla

Résumé de la soirée électorale :

- la gauche : "Les Français ont dit non à la politique de droite, et le gouvernement doit en tenir compte en réorientant sa politique".

- la droite : "Les Français nous disent d'aller plus vite et plus loin dans les réformes, et nous allons tenir compte de ce message".

Sans commentaire.

07 mars 2008

UMP : ne pas perdre de très grande ville

Les enjeux du scrutin, parti par parti

8/8 : L'Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

749176747.2.jpg

Les élections intermédiaires sont rarement favorables à la majorité en place. L'UMP en a déjà fait les frais en 2004, lors des élections cantonales et régionales. Ce qui ne l'a pas empêché, trois ans plus tard, de remporter l'élection présidentielle. Inquiet par la baisse de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy dans les sondages, mais rassuré par la hausse de celle de François Fillon, l'UMP espère avant tout ne pas perdre de villes de plus de 200 000 habitants. À Marseille (Jean-Claude Gaudin), Toulouse (Jean-Luc Moudenc, ex-UDF apparenté UMP) et Strasbourg (Fabienne Keller), le maire sortant est menacé. Or c'est à l'aune de la conservation ou de la perte de ces villes que sera jaugée la réussite ou l'échec de l'UMP aux municipales. En 2001, où la droite avait pourtant conquis de nombreuses villes (Strasbourg, Nîmes, Aix-en-Provence, Orléans, Rouen, …), la défaite à Paris et à Lyon avait, en effet, laissé un goût amer d'échec. En contrepartie, peu de villes de plus de 50 000 habitants pourraient a priori basculer à droite : Angers (en alliance avec le MoDem), Tourcoing (avec en toile de fond la majorité au sein de la communauté urbaine de Lille), Belfort (où la gauche est divisée), etc.

Reste pour la majorité une inconnue, ou plutôt, une crainte : l'attitude du MoDem de François Bayrou, et de ses électeurs, entre les deux tours. Enfin, l'UMP espère reprendre après les élections cantonales la présidence de l'Assemblée des Départements de France, perdue en 2004. La droite (y compris quatre MoDem qui dirigent leur département avec l'UMP) compte en effet 49 présidences sortantes de conseil général, contre 51 pour la gauche.

Les personnalités d'ouverture : survivre au changement d'étiquette politique

Les enjeux du scrutin, parti par parti

5/8 : Les personnalités d'ouverture

1327279088.jpg

Ces derniers mois, Jean-Marie Bockel, fondateur de la Gauche moderne, et Éric Besson, fondateur des Progressistes, étaient en concurrence pour incarner l'ouverture de Nicolas Sarkozy vers la gauche. Les élections municipales ont clarifié la situation : c'est le parti de Jean-Marie Bockel qui s'est imposé comme point de ralliement des candidats de gauche qui franchissent le Rubicon. Éric Besson n'écarte d'ailleurs pas, après les élections, une fusion des deux mouvements. Dans les villes de plus de 30 000 habitants, les têtes de listes issues de l'ouverture se comptent toutefois sur les doigts d'une main et sont presque toutes maires sortants : Jean-Marie Bockel (maire sortant, ex-PS) à Mulhouse (Haut-Rhin), Yves Urieta (maire sortant, ex-PS) à Pau (Pyrénées-Atlantiques), Daniel Marsin (maire sortant, ex-GUSR) aux Abymes (Guadeloupe), Roger Didier (maire sortant, ex-PRG) à Gap (Hautes-Alpes) et Jean-Marie Kutner (ex-divers gauche) à Schiltigheim (Bas-Rhin), où le maire sortant ne se représente pas. Sans oublier Éric Besson (ex-PS) à Donzère (Drôme), commune d'un peu moins de 5 000 habitants. Progressivement, après le ralliement de deux sénateurs des DOM (Daniel Marsin et Georges Othily), la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel se structure. Comme pour le MoDem ou le Nouveau centre, les élections locales en constituent une étape obligée.

06 mars 2008

Nouveau Centre : obtenir un maillage d'élus locaux

Les enjeux du scrutin, parti par parti

4/8 : Le Nouveau Centre

714647002.jpg

Après le cafouillage des élections législatives de 2007, qui a fermé au Nouveau centre l'accès en son nom propre au financement public des partis politiques, ce scrutin constitue le véritable baptême de feu électoral pour la formation créée par les ex-UDF ralliés à la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy. À l'exception de Jean-Luc Rigaut à Annecy (Haute-Savoie), les maires Nouveau centre sortants sont, logiquement, tous soutenus par l'UMP (Drancy, Issy-les-Moulineaux, Blois, Vincennes, Meudon, Montrouge, Rosny-sous-Bois). L'un d'entre eux, le député Nicolas Perruchot à Blois (Loir-et-Cher), qui avait battu de justesse la gauche en 2001, est toutefois particulièrement menacé, surtout en cas d'alliance pour le second tour entre le MoDem et le PS. À l'inverse, dans un contexte national difficile pour la majorité, le Nouveau centre créerait la surprise en emportant, avec le soutien de l'UMP, la mairie d'Agen (Lot-et-Garonne).

Mais les ambitions du parti sont ailleurs. Il s'agit avant tout de profiter de ce rendez-vous électoral pour constituer un maillage d'élus locaux suffisamment crédible pour s'imposer comme le successeur de l'UDF au centre droit. Et ainsi attirer, après les élections, les nombreux ex-UDF qui ne se retrouvent pas dans la stratégie du MoDem de François Bayrou mais qui n'ont pas pour autant rejoint le parti dirigé par Hervé Morin, André Santini et François Sauvadet. Sur les sept maires UDF de villes de plus de 50 000 habitants n'ayant pas rallié l'UMP en 2002, un seul se représente sous la bannière du MoDem (à Épinay-sur-Seine), trois sous celle du Nouveau centre (à Drancy, Issy-les-Moulineaux et Annecy) et trois sont sans étiquette partisane (Toulouse, Amiens et Rouen). Enfin, ces élections ont une grande importance pour le Nouveau centre, s'il entend profiter des élections sénatoriales de septembre prochain pour récupérer à son profit le groupe parlementaire Union centriste-UDF, où les uns et les autres cohabitent toujours.

03 mars 2008

Le MoDem bouscule le jeu traditionnel des alliances

culbuto-chat.gifIl est encore trop tôt pour savoir s'il ne s'agit que d'une révolte ou d'une véritable révolution dans la vie politique française. Quoi qu'il en soit, la "révolution orange" de François Bayrou a déjà bousculé, pour ces élections municipales, le jeu traditionnel des alliances. Après les élections municipales de 1977 et législatives de 1978, la bipolarisation s'était imposée : au moins au tour décisif, les partis de droite (RPR et UDF) et de gauche (PS et PCF) faisaient bloc.

Si, avant le premier tour, des transfuges d'un camp vers l'autre, éventuellement sous le signe de l'ouverture, ont toujours existé, les alliances à géométrie variable nouées à l'occasion de ces élections par le Mouvement démocrate (MoDem) de François Bayrou sont inédites depuis les années 1970. Avant que le PS, sous l'impulsion de François Mitterrand, ne généralise sa stratégie d'union de la gauche, la SFIO balançait en effet dans ses alliances entre le PCF et le centre d'opposition. Même chose, dorénavant, pour le MoDem, qui oscille entre l'UMP et le PS.

Sur les 18 villes de plus de 150 000 habitants, le MoDem participe ainsi aux listes de cinq maires sortants : deux UMP (Alain Juppé à Bordeaux, Antoine Rufenacht au Havre) et trois PS (Hélène Mandroux à Montpellier, Michel Destot à Grenoble et François Rebsamen à Dijon). Tandis qu'à Angers il soutient la liste UMP, et qu'à Nice son candidat, Hervé Caël, conduit une liste avec le Parti radical de gauche et le Mouvement écologiste indépendant. Ailleurs, le parti de François Bayrou part seul à la bataille au premier tour. Dès lors, se posera pour lui la question du maintien (là où la liste obtient plus de 10% des suffrages exprimés) ou de la fusion avec une autre liste (seuil de 5% des suffrages exprimés). Dans ce dernier cas, tout porte à croire qu'il devrait s'agir le plus souvent de la liste de gauche. Les anciens UDF restés au centre droit ayant lancé leur propre parti, le Nouveau Centre, déjà allié sauf rares exceptions (Bordeaux, Caen, Mérignac, Annecy) à l'UMP.

La question de l'alliance avec le PS se pose également pour le PCF, surtout là où les socialistes se sont rapprochés des centristes. Dans une déclaration adoptée le 8 février dernier, le conseil national du PCF "dénonce les manœuvres d'élus socialistes qui, imaginant leur salut du côté du MoDem, contribuent à la dilution des valeurs et des convictions propres à la gauche". Mais un amendement de la gauche du parti excluant "que les communistes participent à des listes incluant le MoDem, d'une manière ou d'une autre" a été repoussé. À Montpellier et Grenoble, les listes conduites par le PS s'étirent donc du PCF au MoDem. Dans plusieurs villes communistes (Saint-Denis, Vitry-sur-Seine, Aubervilliers...) ou anciennement communistes (Le Havre, Nîmes...), le PS et le PCF partent toutefois désunis à la bataille. Tenté par l'alliance avec le centre, le parti de François Hollande a moins le souci de ménager celui qui était, lors des dernières municipales, un de ses partenaires de la gauche plurielle.

Les deux partis ont, en revanche, trouvé un nouveau soutien, Lutte ouvrière, qui a quitté pour la première fois son isolationnisme révolutionnaire. Le parti d'Arlette Laguiller fait cause commune avec le PCF et le PS dans quelques secteurs de Marseille, à Clermont-Ferrand, Perpignan ou Argenteuil. Tandis qu'il s'est allié avec le seul PCF à Toulon, Angers, Saint-Denis, Vitry-sur-Seine, Aubervilliers, etc.

Enfin, les Verts présentent cette année des listes autonomes dans environ un quart des villes de plus de 50 000 habitants, c'est-à-dire un peu plus qu'en 2001. Outre ses places fortes, comme Paris, Montpellier, Lille et Grenoble (allié avec l'extrême gauche "rouge et verte"), Les Verts se compteront cette fois au premier tour à Strasbourg et à Rennes. Autant d'endroits où ils se trouvent dorénavant en concurrence avec le MoDem pour, éventuellement en ce qui concerne les centristes, former avec le PS une majorité municipale.

 

Laurent de Boissieu

© La Croix, 03/03/2008